Historique

Entrée du monastère d'Oulchy Notre monastère a été fondé le 29 avril 1933, à Oulchy-le-Château, dans le diocèse de Soissons , par L'Abbaye de Jouarre.

Abbaye Notre Dame de Soissons Mais nos origines "ancestrales" remontent au VIIe siècle, sous le règne de Clotaire III. A cette époque l'évêque de Soissons fonda en 658, l'Abbaye Notre-Dame de Soissons sous la conduite de la bienheureuse Ethérie, moniale de Jouarre et première abbesse de ce nouveau monastère. Illustre fut la renommée de cette grande abbaye…mais tout passe ici-bas et les jours sombres de la révolution dispersèrent les moniales et l'abbaye fut supprimée en 1793.

En 1930, lors des fêtes du 13e centenaire de la fondation de Jouarre, l'évêque de Soissons, Monseigneur Mennechet, qui désirait voir revivre la vie monastique dans son diocèse , sollicita de l'abbesse de  Jouarre, une nouvelle fondation au diocèse de Soissons , ce qui fut décidé et se réalisa en 1933.

Abbaye d'En-Calcat Malheureusement, quelques années plus tard, c'était la guerre! En mai 1940, à l'approche des combats, notre communauté, comme beaucoup de nos concitoyens, dut se résigner à fuir ; elle partit vers l'inconnu, emportant seulement les vases sacrés, missels et bréviaires, quelques vivres et vêtements…mais le Seigneur veillait! Les pérégrinations de l'exode conduisirent la communauté dans le Tarn puis en Dordogne, où elle survécut grâce à l'aide des communautés  de Dourgne et En Calcat.

Château de la Loyère Après la guerre, ce fut le retour en Soissonnais dans une maison retrouvée en triste état…et qui très vite se trouva trop petite! …car la communauté voyait arriver des jeunes en nombre. Avec l'aide et le soutien de nos frères de La Pierre-Qui-Vire et le don providentiel du château de La Loyère, la communauté vint s'installer en Bourgogne, dans le diocèse d'Autun, en 1948.
Ce fut un long temps d'enracinement dans cette terre de tradition monastique et les liens tissés avec d'autres communautés pendant toutes ces années difficiles s'épanouirent dans le rattachement à la Congrégation de Subiaco, avec un lien fraternel tout particulier nous liant à nos frères de la Pierre-Qui-Vire.

La communauté en 1951 La communauté continua de grandir sous le regard de Dieu et sa vie simple sous la Règle de Saint Benoît attirant des jeunes, il fallut de nouveau chercher un lieu plus adapté et plus grand pour  lui ouvrir un véritable avenir; c'est ainsi que depuis le 15 mai 1963 nous sommes à VENIERE, petit hameau à quelques kilomètres de la magnifique abbatiale de Tournus, entre Cluny et Cîteaux, non loin de Taizé…Nous avons transformé l'ancien Noviciat des Sœurs Blanches de Notre-Dame d'Afrique en monastère et notre petit prieuré du début est devenu une véritable Abbaye en 1971, avec à sa tête une Abbesse, selon la Règle de Saint Benoît.Hameau de Venière : le château.

C'est ici qu'après la fragilité des commencements, l'insécurité de la guerre et l'instabilité des déménagements successifs, notre communauté a trouvé une nouvelle fécondité, une vraie stabilité et la joie de vivre notre vie monastique, belle, bonne et heureuse, unie dans la paix autour de sa Mère Abbesse.

Vers la fin des années 1980, l'appel de l'Afrique s'est fait entendre par la voix des évêques du Congo– Brazzaville et a résonné très fort dans le cœur fervent et missionnaire de nos sœurs aînées comme dans celui des plus jeunes…Depuis près de quarante ans nos frères de la Pierre-Qui-Vire avaient fondé un  monastère à La Bouenza et des jeunes filles s'intéressaient à la vie bénédictine! L'aventure fut décidée et cinq sœurs fondatrices envoyées en 1993, un monastère construit à proximité de celui des frères et bientôt deux postulantes se présentaient. Mais…une guerre civile se déclencha dans le pays, et les sœurs durent fuir et finalement rentrer  en France en 1998! Mystère des voies de Dieu…cette épopée ressemblait étrangement à celle qu'avaient vécue nos anciennes en 1940!
Mais le grain semé a porté du fruit: nos deux postulantes sont entrées au monastère de Bouaké, en Côte d'Ivoire et ont aujourd'hui fait profession. Dieu sait ce que sera l'avenir du Congo… Nous continuons de prier beaucoup pour l'Afrique.

Mère Abbesse

Notre communauté vient de vivre un grand moment de son histoire, en choisissant dans la paix sa deuxième abbesse en 2007; celle-ci a reçu la bénédiction abbatiale des mains de notre évêque, Monseigneur Benoît Rivière, en présence de tous les abbés de la province de Subiaco et d'un grand nombre d'abbesses bénédictines qui l'entouraient fraternellement. Cette grande fête d'Église s'est déroulée le 21 octobre 2007, dimanche des missions! N'est-ce pas un appel pour notre communauté à Venière aujourd'hui rester vigilante dans la prière pour le monde d'aujourd'hui et à garder au cœur le " souci de toutes les églises" comme dit St Paul?