Retour Accueil
Retour page précédente

Pâque de Sr Thérèse

Soeur Thérèse

Originaire de Migennes dans l'Yonne, elle avait vu le jour au sein d'un couple uni et heureux qui avait donné naissance à une première fille, Geneviève, suivie deux ans plus tard, en 1930, par Thérèse. Toutes deux, se consacrèrent au Seigneur dans notre monastère.

Thérèse avait hérité de ses parents quincailliers un sens pratique et bricoleur. Précise et minutieuse, elle savait tout faire. Il lui fut très vite confié au monastère la responsabilité de l'économie domestique et la rénovation des vieux bâtiments pour accueillir de nouvelles vocations. Pendant une trentaine d'années, elle fut ainsi la cheville ouvrière de nombreux chantiers au monastère où elle travailla avec des artisans de notre village et des environs, en particulier les frères Jean et Maurice Bontemps de Boyer. Toujours disponible et souriante, elle était au service de ses sœurs la journée, le soir elle travaillait tard sur ses cahiers de comptes et les dimanches, elle cessait toute activité et priait Dieu à l'église durant des heures, portant ainsi dans sa prière le monde entier et tous les habitants de notre village dont elle connaissait les peines et les soucis… Chauffeur infatigable au volant de la 2CV, elle faisait les courses de la communauté à Chalon, et allait régulièrement à Lyon, faire du porte à porte chez les libraires pour vendre nos peintures de saints Patrons et gagner ainsi le pain de la communauté

A la demande de son Abbesse, elle partit en Afrique, durant deux ans, au Congo Brazzaville pour suivre le chantier de construction de notre fondation d'un petit monastère qui devait accueillir de jeunes africaines souhaitant vivre la vocation monastique. Chaque matin, sous un soleil de plomb, ou sous des pluies tropicales, elle montait sur le chantier courageusement à bicyclette, sans oublier d'emporter un seau de mangues qu'elle avait ramassées à la fraîche pour les donner aux ouvriers. Ce furent deux années héroïques.

De retour à Venière, mission accomplie, elle assura le service de la porterie de l'abbaye où elle offrait son sourire et son écoute à tous ceux qui venaient frapper à la porte, donnant une bonne parole de consolation ou d'encouragement à chacun. Humble et cachée, à l'image de sa sainte patronne, sœur Thérèse a été un pilier de notre communauté. Deux chutes l'ont conduite à l'infirmerie du monastère.
Le 10 juillet 2018, dans l'espérance de la Résurrection, elle a remis paisiblement sa vie à Dieu qu'elle avait cherché et servi toute sa vie.