Retour Accueil
Retour page précédente

L'obéissance et l'autorité

Introduction
I Ecouter
II Prier
III Vivre ensemble
IV L'obéissance et l'autorité
V Travailler, gérer, partager

« Le moine promettra publiquement, dans l'oratoire, stabilité, vie religieuse et obéissance... »
« ...ils désirent se soumettre à un Abbé en vivant dans un monastère. Assurément de tels hommes imitent le Seigneur qui dit : « Je ne suis pas venu faire ma volonté, mais celle de Celui qui m'a envoyé. »
« L'obéissance convient à ceux qui n'ont rien de plus cher que le Christ... »
« Ce n'est pas seulement à l'Abbé que tous les frères doivent rendre le bien de l'obéissance, ils s' obéiront les uns aux autres... »
« Le moine obéira par amour en mettant sa confiance dans l'aide de Dieu. »
« Si un moine voit que ce qu'on lui commande excède la mesure de ses forces, il expliquera à son supérieur au moment opportun les raisons de son impuissance.
 »
Règle de saint Benoît

L'obéissance à notre époque a mauvaise presse, elle est perçue comme avilissante, voire destructrice. Et ce n'est pas forcément toujours à tort : il suffit de voir dans les sectes, et dans certains milieux hier et aujourd'hui encore. L'obéissance première et fondamentale est celle que l'on doit à sa conscience.
            Cependant, la plupart d'entre nous obéissent continuellement dans la vie quotidienne: horaires de travail, patron, feu rouge, habitudes, coutumes,...conjoint, parents... ou enfants.
            Il y a des obéissances « inutiles » aux modes : vestimentaires, intellectuelles, etc. Il y a des obéissances « positives », celles qui sont faites par amour de l'autre et pour son bien. Il y aussi  l'obéissance au réel : nous n'avons choisi ni l'époque ni le lieu de notre naissance, ni notre sexe, ni de multiples autres circonstances de notre vie. De plus nous sommes confrontés tout au long de notre existence à des événements sur lesquels nous n'avons guère de prise. Comment se situer face à tout cela ?

Témoignage
Quelques citations pour aller plus loin
Questions pour aller plus loin

Bibliographie

            Les moines, eux, font un vœu d'obéissance, les citations ci-dessus montrent l'importance de celle-ci dans la Règle de saint Benoît. Il ne s'agit pas de soumission, ni d'obéissance servile ; il ne s'agit pas d'obéir pour faire réussir une œuvre commune, parvenir à un but comme à l'armée.

 

Certes, il s'agit d'un idéal vers lequel nous tendons avec parfois bien des difficultés. Mais cette manière de vivre l'obéissance peut permettre de transfigurer l'obéissance commune au réel : obéir alors est se laisser conduire par Quelqu'un d'autre que soi, Quelqu'un que l'on reconnaît comme Vrai et Bon ; obéir signifie « faire confiance ».

L'autorité de l'abbé :
« L'abbé ne doit rien enseigner ni instituer ni commander en dehors des commandements du Seigneur... »
« Il se conformera et s'adaptera à tous... »
« comme il est écrit : fais tout avec conseil et quand ce sera fait tu ne le regrettera pas.
 »
« ...il saura qu'il doit plutôt servir que dominer... »
« Qu'il haïsse les vices, qu'il aime les frères....il ne perdra jamais de vue sa propre fragilité, il se souviendra qu'il ne faut pas écraser le roseau cassé. »

Règle de saint Benoît

  Les moines obéissent à un Abbé et à d'autres responsables dans la Communauté. Comment est vécu cet exercice de l'autorité au monastère ? Si le moine obéit au Christ, l'Abbé qui tient la place du Christ, doit exercer son autorité comme le Christ, c'est-à-dire comme « celui qui sert » : l'autorité de l'Abbé est service, elle a pour but de faire grandir le moine et la communauté, de les faire avancer dans l'unité, vers Dieu.

Dans la Règle on trouve plusieurs chapitres décrivant les sanctions contre les moines fautifs. De nos jours, ils peuvent choquer, et ne sont plus appliqués. Mais il faut considérer l'esprit qui les anime :

Par les citations ci-dessus, on voit bien que l'autorité de l'abbé a trois aspects fondamentaux :