Retour Accueil
Retour page précédente

Saint Loup de Boyer

ImageLoup naît à Boyer (notre commune) à la fin du VI° siècle. Désirant plaire à Dieu seul, il devient moine puis Abbé de l’Abbaye Saint-Pierre de Chalon-sur-Saône. Lors d’une grande sécheresse qui ravageait son village natal, il se mit en prière, enfonça son bâton dans la terre et l’eau jaillit en abondance. La source, qui coule encore aujourd’hui, devint miraculeuse : on vint au fil des siècles implorer le saint pour obtenir la guérison de toutes sortes de fièvres et douleurs. Image

Humble, austère et fervent, son cœur brûlait d’amour pour le Christ,  Loup est élu évêque de Chalon sur Saône. Il partage ses terres de Boyer entre l’Eglise cathédrale Saint-Vincent, le chapitre des villages d’Alleriot, de Damerey et de Montagny (tous trois du canton de Saint-Martin-en-Bresse).

Lors d’un incendie qui ravagea une partie de la ville, il se précipita devant les flammes et le feu s’éteignit.

Image Au cours de son épiscopat, il reçut une lettre circulaire du pape Grégoire le Grand, lettre adressée à plusieurs évêques des Gaules en juin 601 pour leur demander de faire bon accueil à la délégation de moines qu’il envoyait chez les Angles.

Son biographe rapporte qu’à la mort de Loup on transporta son corps pour l’inhumer à l’Abbaye Saint-Pierre. En chemin, le cercueil devint subitement si lourd que les porteurs furent contraints de s’arrêter. Le cortège s’aperçut qu’il était juste devant la prison. Tout le monde compris qu’on ne pourrait continuer qu’à la condition de libérer les prisonniers. Ce qui fut fait et, aussitôt le cercueil redevint transportable. De cet évènement date l’octroi aux évêques de chalon de libérer un prisonnier le jour de la fête de Loup, à savoir le 27 janvier.

 

HOMONYMIE

Attention : ne pas confondre Loup de Boyer et Loup abbé de Saint Martin d’Autun qui, lui, reçut, en 602,  une lettre personnelle du pape Grégoire !

Abbaye de Venière