Retour Accueil
Retour page précédente

Aphraate le syrien : être baptisé

Aphraate
Etre baptisé
Être les temples du Messie et de son Esprit
Être disciple du Messie
Vivre dans l'attente du retour du Messie
Mener le combat spirituel
Vivre déjà dans le Royaume
Conclusion

L'Esprit couve les eaux :

« Par le baptême, nous avons reçu l'Esprit du Messie, et, à l'heure où les prêtres appelaient l'Esprit, il ouvrit le ciel, il descendit, il couva les eaux, et ceux qui étaient baptisés s'en revêtaient » (p. 400).

Au jour du baptême, les chrétiens sont nés une seconde fois. Les eaux du baptême sont comme les eaux au commencement du monde sur lesquelles planait un vent de Dieu. Le terme vent, en hébreu comme en syriaque, est féminin et veut dire également « esprit ». Les Pères de l'Église ont vu dans ce vent tournoyant sur les eaux primordiales, l'ESPRIT de DIEU, l'ESPRIT SAINT.
En syriaque, le verbe « planer » a aussi le sens de « rendre fertile, faire fructifier » d'où l'expression souvent présente dans les écrits syriaques de « couver ». L'ESPRIT en planant sur les eaux, les couve pour que jaillisse la vie. Cette œuvre de l'Esprit réalisée au commencement du monde, il la réalise de la même façon pour ceux qui sont baptisés. L'ESPRIT couve les eaux du baptême pour qu'elles engendrent l'homme nouveau.

Le vêtement de gloire :

Après avoir engendré les chrétiens dans les eaux du baptême qu'il a fécondées, l'ESPRIT revêt les nouveaux baptisés d'un habit de gloire :

« Vous qui avez été choisis, tenez-vous prêts : la Lumière a resplendi, superbe et belle. Les vêtements non faits de main d'homme sont préparés » (p. 381).
« Revêtons le saint vêtement, pour être à table en tête des élus » (p. 364).
   Ce vêtement est celui qu'ADAM avait perdu par le péché. Le corps revêtu du vêtement de gloire qu'est l'ESPRIT-SAINT et gardé dans la pureté, ressuscitera au dernier jour car l'ESPRIT-SAINT parlera pour lui :
« Voilà ce que l'Esprit dira du corps […] : « Le corps chez qui je suis allé et que j'ai revêtu aux eaux du baptême m'a gardé dans la sainteté ». L'Esprit-Saint pressera le Messie de ressusciter ce corps qui l'aura gardé de manière pure » (p. 402).
Le chrétien est donc habité de l'intérieur par l'ESPRIT dont il est le temple et enveloppé de l'extérieur par ce même ESPRIT qui le revêt comme un vêtement. APHRAATE ramasse en une phrase cette réalité. Au dernier jour :
« Quand les veilleurs [ce sont les anges] auront ouvert les portes du ciel devant le roi […] en toute hâte, l'Esprit ouvrira les tombeaux, il fera ressusciter les corps […] et il revêtira de gloire celui qui viendra avec lui.
Il sera au dedans pour ressusciter le corps, et la gloire sera au dehors pour orner le corps » (p. 402-403).

Suite