Retour Accueil
Retour page précédente

3. LES FRERES DE MACRINE

Chapitres

1. La vie de Macrine
1.1 Naissance, enfance, adolescence
1.2 Le travail de Macrine dans la maison familiale
1.3 Le caractère de Macrine
1.4 La vie monastique à Annisa
1.5 L'attitude de Macrine pendant sa maladie
1.6 La mort de Macrine
1.7 Ce que représentait Macrine pour les moniales
1.8 Les miracles accomplis par Macrine

2. La mère de Macrine

3. Les frères de Macrine

3.1 Basile
3.2 Naucratios
3.3 Pierre de Sébaste
3.4 Grégoire de Nysse

4. Deux moniales d'Anissa
4.1 Vetiana
4.2 Lampadion

5. La vie philosophique à Anissa

Sommaire histoire du monachisme

Mis à part le frère mort en bas âge, les quatre autres frères de Macrine ont tous une destinée pour le service de Dieu. Que ce soit dans la vie philosophique (Naucratios, Pierre, Basile) et/ou dans la vie épiscopale (Basile, Grégoire, Pierre). A travers l’évocation des frères, c’est le rôle de Macrine qui est mis en valeur : elle fut pour tous un guide spirituel sûr.Famille de Macrine

3.1. Basile

Basile est  le plus illustre de ces quatre garçons. On l’appelle le grand Basile..  Intelligent, brillant, il fait des études de rhétorique à Athènes où il se liera d’amitié avec Grégoire de Nazianze. Après ses études, il revient à Annisa où Macrine le trouve exagérément exalté par son talent oratoire, dédaigneux de toutes les dignités et exalté par la prétention au-dessus des notables de la province (6); bref, un peu orgueilleux. Macrine, par la force de sa vie, l’attire rapidement à l’idéal de la philosophie et Basile se convertit :

Il renonce alors à la célébrité mondaine, méprise la gloire que lui valait son éloquence, se met à cette vie laborieuse de travaux manuels et se prépare par la pauvreté parfaite à une vie sans obstacle vers la vertu (6).
 

Il fuit toute dispersion; il s’établit à Annisa dont la lettre 223 décrit le cadre idyllique (cf. Monachisme en Arménie). Sa conversion lui vaut d’être récompensé au centuple par le Seigneur puisque ses activités chrétiennes lui feront un nom en tout lieu et d’éclipser par sa réputation tous ceux qui se distinguaient dans la vertu. On sait qu’il quittera plus tard Annisa, étant nommé évêque de Césarée, à l’époque de la mort de sa mère. Il est alors considéré comme étant parmi les plus grands saints.. Evêque, il a la joie d’ordonner son frère Pierre (37) (qui, lui, apprécie beaucoup moins...) et grâce à cette ordination sa vie et celle de Pierre progressent vers plus de piété et de sainteté, ce sacerdoce contribuant à leur croissance dans la Philosophie (entendez : dans le Christ). Huit ans plus tard, son âme émigrera des hommes vers Dieu (14). Même les ennemis de la vérité sont touchés par sa mort.

Suite