Retour Accueil
Retour page précédente

3.4. Grégoire de Nysse

Chapitres

1. La vie de Macrine
1.1 Naissance, enfance, adolescence
1.2 Le travail de Macrine dans la maison familiale
1.3 Le caractère de Macrine
1.4 La vie monastique à Annisa
1.5 L'attitude de Macrine pendant sa maladie
1.6 La mort de Macrine
1.7 Ce que représentait Macrine pour les moniales
1.8 Les miracles accomplis par Macrine

2. La mère de Macrine

3. Les frères de Macrine

3.1 Basile
3.2 Naucratios
3.3 Pierre de Sébaste
3.4 Grégoire de Nysse

4. Deux moniales d'Anissa
4.1 Vetiana
4.2 Lampadion

5. La vie philosophique à Anissa

Sommaire histoire du monachisme

On peut découvrir un peu qui est Grégoire à travers diverses allusions faites par lui-même au cours de son récit. On le découvre selon ses sentiments et selon ses actes, et non pas sur le mode intellectuel. Il a, lui aussi, une grande admiration pour sa sœur aînée. C’est un grand sensible. Lorsque Macrine évoque le Grand Basile, il pleure. Il goûte, il boit, chacune des paroles de sa sœur. Sa détente est de l'écouter. Néanmoins, lorsqu’elle l’envoie se reposer, il obéit, bien que son âme reste inquiète à la perspective de la mort prochaine de la Grande Macrine. Il l’assiste dans ses derniers moments, lui ferme les yeux et lui rend les derniers devoirs post-mortem. Là aussi, il se dit bouleversé, ému, d’une part par le spectacle de Macrine et d’autre part par les gémissements “ lamentables” des vierges! Après l’ensevelissement, il se prosterne sur la tombe, en baise la poussière et repart tout en pleurs  (VSM 36).

           

Grégoire pleure beaucoup; il nous laisse cependant comprendre que ce sont des larmes et des émotions bien différentes de celles, trop féminines (!), des vierges.

Suite