Retour Accueil
Retour page précédente

Le combat spirituel

Saint Cyprien

Sa vie, son œuvre
Le martyre
L'Eglise
Le baptême
L'Eucharistie
La pénitence
Le combat spirituel
La prière
Vie sociale, mariage et virginité
L'usage des biens

Saint Cyprien

1) La place du diable

Comme beaucoup de Pères, Cyprien a cherché à expliquer la chute d'Adam et Eve. Pour lui, la raison est la jalousie que le diable a éprouvé à l'égard de l'homme et des dons que Dieu lui avait fait.

C'est par là [la jalousie] que le diable, dès l'époque où commençait le monde, s'est perdu le premier et a perdu autrui. Lui qui était fort de sa dignité d'ange, lui qui avait la faveur et l'amitié de Dieu, quand il eut vu l'homme fait à l'image de Dieu, il s'est livré à la jalousie avec une malveillance envieuse.
La Jalousie ... 4.

Nous pouvons relever le fait que, pour Cyprien, le diable était un ange important, il avait donc reçu beaucoup de Dieu. Sa jalousie le conduit à envier ce qui a été donné à l'homme et amène sa propre perte. A présent qu'il a été déchu de ce qui lui avait été attribué, sa jalousie n'a fait que croître et s'amplifier, tout en lui est tourné vers la perte de l'homme.

Cyprien rend le diable, ou les démons, responsables de toutes les tentations qui assaillent l'homme. Ceci est vrai pour les grandes épreuves, comme le sont la persécution, les divisions qui ont suivi, les schismes. Mais c'est vrai également au quotidien.

Derrière les idoles, le démon. Les spectacles ? Une invention du démon qui cherche par là à se faire rendre un culte. Quant aux parures et aux artifices que les femmes peuvent imaginer, c'est encore un culte, une complicité avec le démon. Il serait possible de multiplier les exemples. Cyprien serait-il donc un exalté qui voit le diable partout ? Non. Mais pour lui, pas moyen d'être chrétien à moitié. Celui qui prétend appartenir au Christ doit le manifester dans toute sa vie, dont il doit bannir toute trace de la présence du démon.

En même temps, il n'est pas un fondamentaliste. Il sait la faiblesse des hommes et prône les moyens de remédier aux chutes, inévitables. Il ne condamne jamais définitivement et il annonce la victoire définitive du Christ. C'est cela l'essentiel.

La lutte qui oppose le diable et les hommes n'est pas un simple affrontement mais une question de victoire ou de défaite, lesquelles se révèlent être définitives, une question de vie et de mort.

Cyprien présente toutefois une image positive de l'homme : il le décrit comme une place forte. Ce qui signifie qu'il ne se rend pas à la première sommation et veut soutenir le combat. Cependant, il reste fragile, car la cité ainsi assiégée possède de nombreuses portes d'entrée.

[Le démon] présente aux yeux des formes séduisantes et des plaisirs faciles, pour que cette vue mette à mal la chasteté. Il tente les oreilles par une musique mélodieuse pour qu'entendre des sons si suaves relâche et amollisse la vigueur du chrétien. Il lui lance des injures pour provoquer sa langue, il le harcèle d'outrages pour inciter son bras à la frénésie du meurtre. Pour rendre malhonnête, il propose des gains injustes. Il promet des honneurs sur la terre pour faire perdre ceux du ciel, il fait miroiter de faux biens pour dérober les vrais.
La Jalousie ... 2

Cyprien ne prétend pas faire ici une liste exhaustive de toutes les tentations. Mais nous pouvons relever : la luxure, la colère, l'avarice, l'orgueil. Quatre vices qui apparaîtront plus tard parmi les sept péchés dits capitaux.

La mention de la musique dans ce passage peut surprendre, cependant il faut tenir compte de deux points, importants pour les anciens. D'une part, la musique était présente surtout dans les fêtes, les banquets… où l'on trouvait simultanément danseuses (et prostitué(e)s) et boisson en abondance. D'autre part, elle conservait souvent une dimension magique.

Le chrétien ne doit pas craindre, parce qu'il vit avec le Christ, il est plus fort que tous les démons, ceux-ci reconnaissant leur défaite lors des exorcismes que pratique l’Église.

Il ne s'agit donc en aucun cas du combat de l'homme seul, aussi valeureux soit-il, mais du combat de l'homme uni à Dieu. Et c'est pourquoi la victoire est assurée.

2) Permanence du combat

La vie chrétienne demande à l'homme une vigilance de tous les instants. Cyprien revient à plusieurs reprises sur cette certitude.

D'ailleurs, le monde nous réserve-t-il autre chose qu'un combat de chaque jour contre le démon, qu'une résistance constante à ses assauts et à ses traits ? Nous avons à affronter la cupidité, la colère, l'ambition ; nous sommes en proie à une lutte permanente et difficile contre les vices charnels et les tentations du siècle.
Mort ...4.

Tous les vices sont à prendre au sérieux, et il convient de lutter vaillamment contre chacun. Ceux qui paraissent les plus insignifiants sont les plus dangereux. Car leur insignifiance n'est qu'apparente.

3) Valeur de ce combat

La communauté chrétienne a traversé une rude épreuve du fait de la persécution. La vie quotidienne pourrait paraître fade à certains, qui se laissent aller.

Bien au contraire, répond Cyprien. Car mener une vie chrétienne authentique, avec tout ce qu'elle représente d'abnégation et de fidélité, peut être considéré comme un véritable martyre, d'autant plus qu'il accessible à tous :

Au chrétien en effet n'est pas réservée uniquement la couronne qu'on reçoit en temps de persécution. La paix aussi a des couronnes qui lui sont propres, qui viennent couronner notre victoire dans un combat multiforme et répété où nous avons terrassé et soumis l'Adversaire. […] Dans le stade où se mesurent les vertus, nous courons chaque jour, nous avons accès sans interruption à ces palmes et à ces couronnes de la vie juste.
La Jalousie ... 16.