Retour Accueil
Retour page précédente

Les combats d'une vie

Saint Irénée

Sa vie, son œuvre
Les combats d'une vie
Les sources d'Irénée pour affirmer sa foi
La création de l'homme
La chute
La Révélation de Dieu à l'homme
Incarnation et Rédemption

Saint Irénée de Lyon

Irénée a eu à lutter contre deux systèmes qui s'opposaient au christianisme : la gnose et le marcionisme.

a) La gnose

A l'origine, le mot de gnose signifie simplement « connaissance » et il désigne tout savoir transmis dans une tradition particulière à des initiés. En ce sens, certains auteurs chrétiens des premiers siècles parleront de la vraie gnose, c'est-à-dire le qu'ils transmettent, en opposition à la fausse, celle des hérétiques.
Peu à peu, le terme est devenu négatif pour les chrétiens et a désigné tout un vaste système hérétique, composé de multiples écoles présentant de nombreux points de similitudes mais aussi des différences notables entre elles. La plupart de ces écoles utilisent un vocabulaire chrétien et se servent des Écritures pour étayer leurs théories.

Voici une schématisation du système gnostique :

b) Marcion

Nous ne connaissons que peu de choses à son sujet, beaucoup de renseignements viennent d'Eusèbe de Césarée. Le père de Marcion aurait été évêque et la famille fortunée. Marcion a appartenu pendant un temps au clergé romain avant d'en être chassé. Il fonda alors sa propre église. Il mourut vers 160.
Si la doctrine de Marcion est mieux connue, il ne faut pas perdre de vue que les renseignements qui nous sont parvenus proviennent exclusivement des adversaires des marcionites. Ils sont sans doute vrais (on ne combat pas une doctrine connue avec de faux arguments) mais certainement pas objectifs. Aucun texte de Marcion ou de l'un de ses disciples n'est arrivé jusqu'à nous.

Pour Marcion, il existe deux Dieux : l'un, le Créateur, est le Dieu de l'Ancien Testament ; juste certes, il est néanmoins cruel et peut se montrer versatile. L'autre Dieu est Celui qui a envoyé le Christ pour sauver les hommes. Il est donc Miséricorde.

L'Ancien Testament doit donc être rejeté par les chrétiens puisqu'il a été donné par un Dieu menant les hommes à la mort. Seuls doivent être reconnus comme véridiques les textes « non trafiqués » par des « judaïsants », à savoir l’Évangile de Luc et quelques Lettres de Paul (textes qui subissent d'ailleurs eux-mêmes de sévères coupures).

Le corps humain étant l’œuvre du Dieu Créateur, il ne peut être destiné à la Résurrection. Quant au Christ, Il n'a fait que sembler s'incarner mais ne l'a pas fait réellement. (En cela, Marcion se rapproche des docètes). Le corps étant mauvais, les disciples de Marcion pratiquent une ascèse sévère, notamment en refusant le mariage et la procréation, lesquels ne font que prolonger l’œuvre du Dieu Créateur.
L'église marcionite se répandit rapidement jusqu'à la fin du II° siècle. Elle se maintint en Occident pendant encore une centaine d'années et en Orient jusque vers 450 environ.

Irénée, qui s'est beaucoup documenté, a écrit pour répondre à ces deux courants de pensée. Son œuvre s'oriente autour de trois axes : l'unité de Dieu, la beauté et la bonté de la création, la volonté de Dieu de sauver tous les hommes.

 

A suivre ...