Retour Accueil
Retour page précédente

La Révélation de Dieu à l'homme

Saint Irénée

Sa vie, son œuvre
Les combats d'une vie
Les sources d'Irénée pour affirmer sa foi
La création de l'homme
La chute
La Révélation de Dieu à l'homme
Incarnation et Rédemption

Saint Irénée de Lyona) Une recréation du lien

a) Les Théophanies

Avant la faute, Dieu était en relation avec l'homme. Le péché a tout changé. Désormais, Dieu et l'homme doivent réapprendre à se connaître, à vivre ensemble. C'est pourquoi Dieu s'est révélé progressivement.

Cette révélation passe par les multiples théophanies qui se trouvent rapportées dans l'Ancien Testament. Toutes ces manifestations de Dieu sont celles du Fils, non du Père. En effet, pour Irénée, comme pour tous les Pères de l’Église des premiers siècles, la transcendance divine est telle que le Père, qui est par nature invisible, ne peut être vu des hommes. C'est donc le Fils qui se dévoile, préparant ainsi d'une certaine manière son Incarnation.

b) L'accoutumance de Dieu à l'homme

Une question qui se posait déjà au temps des apôtres et qui continue de l'être à l'époque d'Irénée est celle du moment de l'intervention de Dieu dans l'histoire humaine. Pourquoi Dieu est-il venu si tard pour sauver les hommes ? N'aurait-Il pu le faire auparavant ?

Pour Irénée, la réponse tient en quelques mots : Dieu lui-même avait besoin de s'habituer, de « s'accoutumer » à l'homme.

C'est pourquoi cet Esprit est descendu sur le Fils de Dieu devenu Fils de l'homme : par là, avec lui, il s'accoutumait à habiter dans le genre humain, à reposer sur les hommes, à résider dans l'ouvrage modelé par Dieu. (CH III 17, 1)

c) L'accoutumance de l'homme à Dieu

Un autre élément de réponse à ce délai est la faiblesse de l'homme. Du fait de son état d'enfance, celui-ci ne pouvait accueillir Dieu. Du temps lui était nécessaire pour accroître ses capacités de réception, pour apprendre à connaître ce que Dieu attendait de lui. C'est le temps de l'accoutumance de l'homme à Dieu. Et Dieu fait preuve de toute une pédagogie, s'adaptant aux besoins de chacun, pour que tous puissent, un jour, être sauvés.

L’Incarnation est alors comprise comme l'ultime étape de cette accoutumance, celle qui permettra enfin à l'homme de mener une vie parfaite et donc de contempler Dieu : 

De même, en effet, qu'une mère peut donner une nourriture parfaite à son nouveau-né, mais que celui-ci est encore incapable de recevoir une nourriture au-dessus de son âge, ainsi Dieu pouvait, quant à lui, donner dès le commencement la perfection à l'homme, mais l'homme était incapable de la recevoir, car il n'était qu'un petit enfant. Et c'est pourquoi aussi notre Seigneur, dans les derniers temps, lorsqu'il récapitula en lui toutes choses, vint à nous, non tel qu'il le pouvait mais tel que nous étions capables de le voir. (CH IV 38, 1)

B/ Les prophéties

a) Ce qu'elles représentent pour Irénée (et pour les Pères)

Dieu se révèle aussi et surtout à travers les prophéties. Mais il faut bien saisir que, pour les Pères, le terme même de prophéties n'avait pas le même sens que pour nous aujourd'hui. Nous considérons comme prophéties uniquement ce qui est contenu dans les livres prophétiques. Or, les Pères avaient une vision bien plus large de la prophétie : les psaumes en particulier en relèvent et David est présenté comme étant le Roi-Prophète. De même, les Pères définissent de multiples passages des livres que nous qualifions d'historiques comme relevant du genre prophétique.

Pour les Pères, la clé de lecture des prophéties est relativement simple : tout parle du Christ (et de l’Église) et L'annonce : sa venue, son Incarnation, sa mission, ses miracles, sa Passion, tout se trouve prophétisé. Très rapidement, des recueils regroupant, par thèmes, les différents passages de l'Ancien Testament et leur mise en parallèle avec ceux du Nouveau, vont circuler dans le monde chrétien. Il semble probable qu'Irénée se soit servi de ces livrets. Certains de ces parallèles se trouvent déjà dans les Évangiles et dans Saint Paul. Les Pères n'ont fait qu'aller dans ce sens, en l'amplifiant.

b) Rôle des prophéties

Les prophéties ont pour but d'annoncer le Christ. Comme son mystère dépasse infiniment les capacités humaines de compréhension, ses différents aspects ont été annoncés par divers prophètes, chacun selon sa personnalité et sa mission propres. La diversité des annonces ne doit pas faire perdre de vue qu'elles concernent une seule et unique personne :

De même que par nos membres s'exprime l'activité de tout notre corps, mais que l'attitude de tout l'homme ne s'exprime pas par un seul membre mais par tous, ainsi en était-il des prophètes : tous préfiguraient un seul personnage, mais chacun d'eux accomplissait l'économie selon qu'il était un membre déterminé et prophétisait l'action du Christ qui se rapportait à ce membre. (CH IV 33, 11)

Ces prophéties ont un but pédagogique. En effet, si le Verbe s'était fait chair sans que Dieu ait rien annoncé, comment les hommes auraient-ils pu se préparer à Le reconnaître une fois présent ? La multiplication et la diversité des annonces permettent donc à Dieu de disposer l'homme à accueillir Celui qui vient. Il devient alors possible à l'homme de voir Dieu, vision dont les prophètes ont comme déjà un aperçu.

Et nous ne devons pas oublier, comme cela a déjà été mentionné plus haut, que, pour Irénée, le sommet de la croissance spirituelle de l'homme n'est autre que la vision de Dieu :

La gloire de Dieu c'est l'homme vivant, et la vie de l'homme c'est la vision de Dieu : si déjà la révélation de Dieu par la création procure la vie à tous les êtres qui vivent sur la terre, combien plus la manifestation du Père par le Verbe procure-t-elle la vie à ceux qui voient Dieu. (CH IV 20, 7)

C) Qui est ce Dieu qui se révèle ?

a) Dieu Un en trois Personnes

Irénée n'emploie jamais le mot de Trinité. Cependant, la réalité que recouvre ce terme lui est familière. A de multiples reprises, il parle de Dieu Père, Fils et Esprit. Chacune des trois Personnes étant Dieu à part entière  :

Le Père est Dieu, et le Fils est Dieu, car ce qui est né de Dieu est Dieu (DPA 47)
Dieu est également Esprit. (DPA 5)

Tout aussi clairement, l'évêque de Lyon affirme qu'il n'y a qu'un seul Dieu. Il faut se rappeler qu'il s'oppose aux disciples de Marcion, lequel prétend qu'il existe deux dieux. Pour Irénée, il n'y a aucun doute à avoir : un seul Dieu, qui est à la fois le Créateur de tout ce qui existe et le Sauveur des hommes.

Il est à noter qu'Irénée se situe dans la ligne de Saint Paul : lorsqu'il parle de Dieu, c'est la plupart du temps au Père qu'il fait référence.

Enfin, si Irénée ne parle pas de ce qui se vit en Dieu, il décrit longuement les actions de chacune des trois Personnes pour la création et la Rédemption des hommes. Toutefois, si pour la présentation, il est nécessaire de détailler, il ne faut pas perdre de vue que le Père, le Fils et l'Esprit travaillent ensemble et qu'ils sont inséparables  :

Ceux qui portent l'Esprit de Dieu vont au Verbe autrement dit au Fils, et le Fils les conduit au Père, et le Père leur procure l'incorruptibilité. Ainsi donc, ni sans l'Esprit il n'est possible de voir le Verbe de Dieu, ni sans le Fils on ne peut accéder au Père : car la connaissance du Père, c'est le Fils, et la connaissance du Fils de Dieu, c'est par l'Esprit Saint qu'elle a lieu ; quant à l'Esprit, le Fils le dispense selon le bon plaisir du Père à ceux que veut et de la manière que veut le Père. (DPA 7)

b) Le Père

La paternité de Dieu est proclamée dans une règle de foi (ancêtre de notre « Credo ») dans un cadre baptismal :

Ainsi apparaît un seul Dieu, père, incréé, invisible, Auteur de toutes choses, au-dessus duquel il n'y a pas d'autre Dieu. (DPA 5)

Comme cela a été dit au sujet des théophanies, Irénée respecte profondément la transcendance de Dieu. Le Père, parce qu'Il est Dieu, est donc invisible et inaccessible à l'homme. Cependant, une relation peut s'établir grâce à la médiation du Fils  :

Le Père de toutes choses étant invisible et inaccessible aux créatures, c'est par l'entremise du Fils qu'il faut qu'aient accès au Père ceux qui doivent s'approcher de Dieu. (DPA 47)

Enfin, si tout passe par le Fils, tout trouve sa source dans le Père :

Il n'y a rien qui soit ni au-dessus de lui ni après lui et il a fait toutes choses, non sous la motion d'un autre, mais de sa propre initiative et librement, étant le seul Dieu, le seul Seigneur, le seul Créateur, le seul Père, le seul qui contienne tout et donne l'être à tout. (CH II 1, 1)

Ce qui vaut pour la création vaut également pour la Rédemption, notamment pour tout ce qui est relatif à la Passion du Christ  :

Il est donc clair que c'est par la volonté du Père que tout cela s'est accompli en lui pour notre salut. (DPA 69)
Le prophète a fait clairement connaître et que le Christ souffrirait ces choses et que ce serait par la volonté du Père. (DPA 75)

c) Le Fils

Ce Fils de Dieu, ou Verbe de Dieu, est Dieu Lui-même et Il existe de toute éternité.

Il existe un Fils à Dieu et ce Fils est non seulement avant qu'il n'apparût dans le monde, mais même avant que le monde ne fût. (DPA 43)

C'est par Lui que le Père a tout réalisé :

Il y a le Verbe, et c'est par son entremise que toutes choses ont été faites par le Père. (DPA 5)

Enfin, comme cela a été dit plus haut, c'est Lui qui s'est manifesté aux hommes tout au long de l'histoire. Cette manifestation a trouvé son sommet dans l'Incarnation. Mais nous en parlerons davantage ensuite.

d) L’Esprit

L’Esprit joue un rôle fondamental entre Dieu et les hommes. Donné par le Fils, selon la volonté du Père, Il permet aux hommes de connaître Dieu et Il a parlé par les prophètes avant d'être répandu sur les hommes.

Aujourd'hui, sa mission se prolonge dans les croyants, à condition cependant qu'ils restent fidèles à leurs engagements baptismaux :

… l’Esprit Saint, qui donné par Dieu au baptême, est gardé par celui qui l'a reçu, pourvu qu'il vive dans la vérité, la sainteté, la justice et la patience (DPA 42).

Du fait qu'il est présent, l'Esprit est actif. Il renouvelle l'homme et multiplie en lui les fruits :

Il a été répandu d'une manière nouvelle sur l'humanité, renouvelant l'homme sur toute la terre en vue de Dieu . (DPA6)

Enfin, par l'Esprit, la résurrection est promise aux fidèles  :

Par l'intercession de cet Esprit, la résurrection aussi s'accomplira pour ceux qui auront cru, leur corps recevant à nouveau leur âme, ressuscitant avec elle par la puissance de l'Esprit Saint et étant introduit dans le Royaume de Dieu. (DPA 42)

 

A suivre ...