Retour Accueil
Retour page précédente

Présentation au Temple. Fête du
2 février

Sainte FamilleTandis que le temps du Carême se profile déjà, la fête de la Présentation du Seigneur au Temple nous replonge dans l'atmosphère de Noël, avec ses lumières, avec l'hommage rendu à l'enfant-Dieu, non plus par des bergers mais encore par des petits et des pauvres, un vieillard d'abord, puis une veuve elle aussi avancée en âge. L'Evangéliste saint Luc nous parle de ce geste accompli par les parents de Jésus :
"quand vint le jour où selon la loi de Moïse, ils devaient être purifiés, ils le portèrent à Jérusalem pour l'offrir au Seigneur, ainsi qu'il est écrit dans la loi du Seigneur."
Cette loi du Seigneur est inscrite dans la première Alliance. En fait, ce sont à deux prescriptions conjointes que Joseph et Marie obéissent, l'une provient d'Ex 13,11-16 sur le rachat des premiers-nés et l'autre de Lv 12,2-4 sur la purification de la jeune mère, quarante jours après la naissance. La date est ainsi fixée au 2 février, quarante jours après Noël.
La spiritualité de cette fête conjugue trois motifs : rencontre, lumière, offrande.

Rencontre. Jésus introduit dans le Temple vient à la rencontre de son peuple. Le peuple prend ici le visage très humble du vieillard Syméon qui, à l'attention de Marie, prophétise de façon voilée la Passion de son fils : "un glaive te transpercera l'âme". Il prend aussi l'humble visage de la prophétesse Anne qui accueille et déjà répand la bonne nouvelle du salut.

Lumière. Syméon, sous l'inspiration de l'Esprit, reconnaît en l'enfant Jésus la lumière des nations : "mes yeux ont vu le salut que tu préparait à la face des peuples, lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël."
Nous témoignons de Jésus Lumière du monde en portant nos cierges allumés dans la procession qui ouvre la célébration de la messe de ce jour (d'où le nom de "chandeleur").

Offrande. Jésus premier-né de Marie est offert au Père et cette offrande se traduira en don total sur la Croix ainsi que l'annonce déjà Syméon. Marie s'associe à cette offrande et nous invite chacun à notre manière à nous y associer à notre tour.
Ce thème de l'offrande de soi-même au Père s'applique particulièrement à la vie consacrée. C'est pourquoi, en 1997, Jean-Paul II a fait du 2 février la journée de la vie consacrée, avec cette exhortation :

"que la célébration de la Journée de la vie consacrée réunisse les personnes consacrées et les autres fidèles pour chanter avec la Vierge Marie les merveilles que le Seigneur accomplit en tant de fils et filles, et pour manifester à tous que la condition du 'peuple qui lui est consacré' (Dt 28,9) est celle de tous ceux qui ont été rachetés par le Christ."