Retour Accueil
Retour page précédente

11 juillet. Saint Benoît

Saint BenoîtUne biographie de saint Benoît nous a été donnée en 592, environ 50 ans après sa mort, par le saint Pape Grégoire le Grand. Saint Benoît y apparaît comme un homme qui, parce qu’il se connaît lui-même, a acquis une connaissance pénétrante de l’âme humaine, fragile de par la faiblesse humaine mais grande par sa vocation. Sa clairvoyance alliée à une bonté profonde envers chacun lui a donné la capacité d’être un conseiller perspicace et même de faire des miracles. Après avoir renoncé à tout pour Dieu seul, il a mérité de recevoir en retour une sagesse incomparable.
Mais c’est peut-être à travers le seul écrit qu’il nous ait laissé – la Règle qui porte son nom – que nous pouvons le mieux connaître saint Benoît. Il y laisse transparaître quelque chose de sa grande humanité.

Voici bientôt 15 siècles que la doctrine spirituelle de saint Benoît a servi de norme de vie à des générations de moines et de moniales. Car sa Règle est pleine de mesure, de réalisme et d’un esprit de bienveillance. Loin de s’adresser à une élite, elle s’adapte à chacun du fait qu’elle est empreinte de modération. Elle n’en est pas moins exigeante mais sans austérité. Elle met l’accent sur la primauté du Christ dans la vie du moine, ce qui se traduira concrètement par l’assiduité à l’office liturgique, la charité envers le prochain, l’obéissance à l’Evangile à travers la Règle, l’Abbé et les frères, l’humilité manifestée par une réserve quant à la tenue et l’usage de la parole. La vie quotidienne est équilibrée entre travail et prière qui inclut la lectio divina. La Règle crée un cadre, une atmosphère de paix qui favorise la vie intérieure. Le moine se sentira toujours et partout en présence de Dieu et pourra se livrer à l’action de l’Esprit Saint pour une authentique vie d’union au Christ.

Les richesses de la spiritualité bénédictine ne sont pas destinées aux seuls moines et moniales. Les laïcs immergés dans le monde peuvent aussi les rayonner en en vivant. L’engagement dans l’oblature bénédictine en est un moyen. Les oblats, en lien avec une communauté monastique, s’inspirent de la Règle de saint Benoît pour vivre l’Evangile dans leur famille, leur travail, leurs lieux d’insertion.
Notre Pape Benoît XVI nous rappelle que Paul VI a proclamé saint Benoît Patron de l’Europe* pour « reconnaître l’œuvre merveilleuse accomplie par le saint au moyen de sa Règle, pour la formation de la civilisation et de la culture européenne ». Et il poursuit : « Accueillons aujourd’hui encore la Règle de saint Benoît comme une lumière sur notre chemin. Le grand moine reste un maître authentique, et à son école, nous pouvons apprendre l’art de vivre l’humanisme véritable. »

* Benoît XVI, audience générale du 9 avril 2008 (DC 2402)