Retour Accueil
Retour page précédente

Fête de la Toussaint

 

 

La ronde des élusLa fête de la Toussaint ravive notre communion avec l’Eglise du Ciel. Ceux qui sont dans la lumière de Dieu ont une relation de solidarité envers nous qui poursuivons notre pèlerinage sur la terre. Nous pouvons les invoquer et compter sur leur soutien.
« Je veux passer mon Ciel à faire du bien sur la terre. » Cette parole de sainte Thérèse de Lisieux exprime une sollicitude qui est celle de tous les saints du Ciel à l’égard de leurs frères de la terre dans leurs joies et dans leurs peines.

« J’ai vu une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, races, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau, en vêtements blancs, avec des palmes à la main. » (Ap 7, 9) Cette vision grandiose du livre de l’Apocalypse nous suggère que la multiplicité des saints est innombrable. En effet, elle n’est pas seulement faite de ceux que l’Eglise a canonisés, elle est aussi faite d’une multitude dont le nom n’est jamais entré dans l’histoire. Ceux-ci, au cours d’une vie souvent très ordinaire, se sont conformés au Christ dans son obéissance au Père, ils se sont oubliés eux-mêmes pour l’amour de Dieu et de leur prochain. Dociles à l’Esprit Saint, ils ont vécu les Béatitudes évangéliques qui proclament bienheureux les simples, les pauvres, les justes, les pacifiques, les miséricordieux, les persécutés…

Car la sainteté n’est pas réservée à quelque élite qui aurait bénéficié de grâces mystiques extraordinaires. Tous nous sommes appelés à la sainteté. Le concile Vatican II a rappelé dans la constitution Lumen Gentium l’universalité de la vocation à la sainteté. Tous les baptisés, quel que soit leur état de vie, ont reçu la sainteté par le baptême qui les a faits fils de Dieu. Il leur appartient de la garder et de la mener à son accomplissement (cf. LG 40).
Le chemin est celui des Béatitudes, c’est le chemin du service et de la charité.