Retour Accueil
Retour page précédente

Ma traversée du bonheur

Témoignages

* Ma traversée du bonheur
* La grande farandole des hommes que je porte dans mon coeur
* Chaque jour je commence !
* Rassembler le monde entier dans la louange!
* Quel lien peut-il y avoir entre une moniale et un poisson rouge ?

En vidéos

* Enfermée?!!
* Prier la nuit
* Service fraternel
* L'obéissance
* Joie

Soeur Martine« Heureux ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la gardent », cette promesse de Jésus est fiable, je l’ai vérifié tout au long de ma vie de moniale bénédictine. Une existence ponctuée par les mots de l’Écriture, tels autant de repères, de phares, de sources où je puise ma force, aujourd’hui comme hier... car ce sont eux qui m’ont rassurée dans les crises de ma jeunesse, puis quand j’avais peur du « saut » à faire pour répondre à l’appel divin. De même, depuis 35 ans, je chante chaque soir avec mes Sœurs un verset, qui est devenu essentiel pour moi : « Beaucoup demandent : qui nous fera voir le bonheur ? Sur nous Seigneur, que s’illumine ton visage ! Tu mets dans mon cœur plus de joie que toutes leurs vendanges et leurs moissons ».
Oui, ces quelques phrases m’ont aidée à comprendre qu’il ne s’agit pas là du « bonheur facile » vanté par la publicité », celui des possessions et de la jouissance. Mais d’une joie profonde, plus profonde que les sensations ordinaires... et pourtant, à même de remonter à la surface pour inonder tout l’être ; ce que j’ai parfois ressenti moi-même, ou vu chez d’autres...
Attention, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de souffrance sur ce chemin ! Comme d’autres encore, je l’ai connue dans ma vie d’obéissance, mes relation fraternelles mes charges diverses ou bien des moments de sécheresse intérieure. Car il s’agit bien là du chemin pascal, qui relie justement la traversée de la peine et l’entrée dans la gloire du Père. Ce que j‘y ai appris, c’est qu’à force d’essayer de vivre la foi, l’espérance et l’amour au quotidien, on peut acquérir une assurance – un enracinement – en Dieu qui aident à surmonter les épreuves ... Après de telles difficultés, j’ai ainsi senti Sa puissance me ressusciter, ce qui fait bien sûr grandir la confiance et l’espérance ! Le souvenir d’un camp de ski me renvient ici pour illustrer de telles étapes de la vie spirituelle. Après mes ingrats exercices de chasse-neige, je regardais filer tout schuss le moniteur, se jouant buste immobile, liberté ailée, des creux et des bosses. Oui, avec l’expérience, on accède à une stabilité, qui permet d’encaisser les chocs ... D’autant plus que les obstacles s’aplanissent, que le cœur se dilate peu à peu, à mesure que l’on accourt vers Dieu porté par l’amour. Voilà le bonheur auquel je me sens appelée. Un bonheur « pascal » que j’espère atteindre en plénitude dans le face-à-face avec Lui. Mais aussi un bonheur que je peux déjà célébrer, et même hâter, dans la liturgie et dans ma propre vie. Comme un avant-goût de la joie promise.

Témoignage de Soeur Martine donné en 2005 pour la revue Prier.
Depuis, elle est entrée, ce 1er février 2015, dans la joie promise pour l'éternité, son espérance n'a certainement pas été déçue !