Retour Accueil
Retour page précédente

Pierre


Télécharger au format pdf

Franchir la porte de la foi avec la Parole de Dieu

Abraham
Jacob
Moïse
Ruth
David
Amos
Marie
Pierre

Pierre et la foi

Parmi les premiers disciples appelés par Jésus, se trouve Simon auquel le Seigneur donnera le nom de Pierre. Dès le début, lorsque l'appel du Maître le tire de la barque pour qu'il devienne un pécheur d'homme, l'ardeur de Pierre se manifeste. Aussitôt, il laisse tout pour suivre Jésus.
A partir de ce moment, la foi de Pierre est avivée, mais elle aura besoin de progresser, de se consolider, d'être éprouvée. Cela se fera par étapes, avec des alternances d'avancées et de reculs.

 

Le logo de l'année de la foi

Logo de la foi
Bordure

L'icône de l'année de la foi

Christ Pantocrator | Année de la foi
Bordure

Chaque mois franchir la porte de la foi avec

La Parole de Dieu
Credo
Porta Fidei
La foi de l'Eglise face aux hérésies

Pour creuser ...

Le Credo
Quizz.: Testez vos connaissance sur la foi.

Ainsi en va-t-il dans la vie spirituelle des chrétiens de tous les temps. Il est bien rare qu'aux heures de clarté et d'évidences ne succèdent des périodes d'obscurité et de doutes.
Pierre est si proche de chacun de nous. Il est un homme fragile comme nous le sommes tous. Il a tâtonné. De victoires en écueils, pourtant, il a progressé sur un chemin d'amour et de fidélité.

 

Voyons de plus près.
Saint Matthieu dans son Évangile, nous fait le récit de Jésus marchant sur les eaux. La foi de Pierre en son Maître lui fait dire avec élan : « Seigneur, si c'est bien toi, donne-moi l'ordre de venir vers toi sur l'eau ». Sur l'invitation de Jésus, Pierre marche en effet sur les eaux, nous montrant ici que la foi –comme Jésus le dit ailleurs– peut déplacer les montagnes, c'est-à-dire nous donner d'accomplir l'impossible.

Qu'arrive-t-il cependant ?
Mais voyant la violence du vent, il prit peur, commença à couler et il s'écria : « Seigneur, sauve-moi ! » Alors Jésus lui fait cette observation : « Pourquoi as-tu douté, homme de peu de foi. »
Sa foi, déjà véritable pourtant, doit encore s'affermir, et elle n'est pas au bout de ses épreuves.
Lors de l'épisode de la confession à Césarée, quand Jésus demande à ses Apôtres : « Qui dites-vous que je suis ? » C'est Pierre qui prend la parole et donne cette lumineuse réponse : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ». Il reçoit alors de Jésus un bel éloge en même temps que l'annonce de sa responsabilité future dans l'édification de l’Église. Tout de suite après, Jésus prédit les souffrances de sa Passion prochaine, alors Pierre proteste : « Dieu t'en garde, Seigneur. Non, cela ne t'arrivera pas ! » Jésus qui vient de le louer pour sa confession de foi, le réprimande maintenant sévèrement : « Passe derrière moi Satan ! »
Et lorsque l'heure est arrivée, alors que Jésus est sur le point de donner sa vie, Pierre lui affirme : « je ne t'abandonnerai jamais... jamais je n'affirmerai que je ne te connais pas, même si je dois mourir avec toi. »

 

Nous connaissons la suite. Déjà, lors de l'agonie de Jésus à Gethsémani, tandis que Jésus a besoin du réconfort de ses amis, tout comme Jacques et Jean, Pierre dort. Au moment de l'épreuve suprême, tandis que Jésus arrêté est interrogé, frappé, humilié, Pierre se récrie : « je ne connais pas cet homme. »
Pourtant, de cette faute si manifeste et si indigne, Pierre se relèvera. Et c'est peut-être là que la profondeur de sa foi se révèle le mieux. Il connaît suffisamment son Seigneur pour croire en sa miséricorde infinie. En lui faisant la grâce d'une apparition personnelle avant même d'apparaître au groupe des Apôtres, le Seigneur Ressuscité manifeste l'absolu de son pardon. Pierre est désormais en mesure d'accomplir sa mission, d'être ce que le Seigneur veut qu'il soit : une pierre solide pour édifier son Église.



Retour haut de page