Retour Accueil
Retour page précédente

Confesser la foi : le CREDO

Télécharger au format pdf.

Franchir la porte de la foi avec Porta Fidei

Introduction
Esquisse d’un plan de « Porta fidei »
Théologie de l'Introduction
Le Renouveau de l'Eglise
Confesser la foi : le Credo
Esquisse d’un parcours ...
Le catéchisme de l’Eglise catholique
Parcourir l'histoire de notre foi
Intensifier le témoignage de la charité
Rechercher la foi qui est une compagne de vie

Bordure

Texte de Porta Fidei

Porta Fidei n°8-9

Christ RessuscitéNous voici au cœur de la lettre « Porta Fidei » : nos 8 et 9.
En cette « Année de la foi » où nous faisons mémoire  du Concile Vatican II, nous laissant instruire par ses enseignements, synthétisés magnifiquement dans le Catéchisme de l’Eglise Catholique, le saint Père invite les évêques du monde entier à s’unir au Successeur de Pierre pour faire mémoire du don précieux de la foi.

Ce temps de grâce spirituelle que le Seigneur nous offre doit être célébré de manière féconde. Benoît XVI suggère explicitement deux façons :

 

Le logo de l'année de la foi

Logo de la foi
Bordure

L'icône de l'année de la foi

Christ Pantocrator | Année de la foi
Bordure

Chaque mois franchir la porte de la foi avec

La Parole de Dieu
Credo
Porta Fidei
La foi de l'Eglise face aux hérésies

Pour creuser ...

Le Credo
Quizz.: Testez vos connaissance sur la foi.

Toutes les communautés religieuses, paroisses et autres réalités ecclésiales trouveront la façon, en cette Année, de rendre une profession publique du CREDO.

 

Le Pape désire que cette Année suscite en chaque croyant l’aspiration à confesser la foi en plénitude et avec une conviction renouvelée, dans la confiance et espérance.
Cette Année doit être une occasion pour intensifier la célébration de la foi
dans la liturgie et en particulier dans l’Eucharistie
« sommet auquel tend l’action de l’Eglise et source d’où découle toute sa force ».
Il nous faut redécouvrir les contenus de la foi professée

célébrée
vécue
et priée
et réfléchir sur l’acte lui-même par lequel on croit.
Voilà l’engagement que chaque croyant doit faire sien en cette Année surtout !
Pour enraciner cette conviction, Benoît XVI nous rappelle que les premiers chrétiens étaient tenus d’apprendre de mémoire le Credo, qui leur servait de prière quotidienne pour ne pas oublier l’engagement pris par le baptême !
En témoignage de cette pratique, nous pouvons lire une citation de Saint Augustin, dans l’homélie 215 sur la « redditio symboli » :
« Le symbole du saint témoignage qui vous a été donné à tous ensemble et que vous avez récité aujourd’hui chacun en particulier, est l’expression de la foi de l’Eglise notre mère, foi établie solidement sur le fondement inébranlable, sur Jésus-Christ Notre Seigneur… On vous a donc donné à apprendre et vous avez récité ce que vous devez avoir toujours dans l’âme et dans le cœur, répéter sur votre couche, méditer sur les places publiques, ne pas oublier en prenant votre nourriture, murmurer intérieurement durant votre sommeil. »

 

Ceux d’entre nous qui ont reçu l’enseignement du catéchisme avant le Concile, ont tous appris par cœur le « symbole des apôtres » ou le « je crois en Dieu ».

 

Qu’est-ce qu’un symbole ?
Dans l’antiquité, entre amis, commerçants ou associés, on cassait un objet quelconque et on se répartissait les morceaux. Plus tard, on remettait ensemble les morceaux et cela permettait de se reconnaître, de se rencontrer. Le fragment conservé s’appelait « symbole ».

 

Notre « Je crois en Dieu » est appelé « symbole » parce qu’il est, de même, comme le « mot de passe », le signe d’unité et de reconnaissance entre chrétiens.
Le « symbole des apôtres » que nous avons appris par cœur dans l’enfance, est un « credo baptismal », le plus ancien que nous connaissions pour l’Eglise de Rome. Des premiers siècles jusqu’à nos jours, il constitue la profession de foi du nouveau croyant que l’Eglise va baptiser « au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit ». C’est un credo d’initiation.
Comme l’explique Saint Augustin, le candidat recevait solennellement le symbole, pendant sa préparation au baptême. Il devait l’apprendre par cœur et aux Rameaux il devait « rendre le symbole » : il le récitait devant l’évêque et toute l’Eglise assemblée. C’était une preuve de son initiation. Mais l’instruction n’était pas terminée. La catéchèse continuait et s’approfondissait après le baptême.

 

Reconnaissons avec humilité que notre vie de foi et de prière peut grandir… à l’écoute des conseils que St Augustin prodigue à ses fidèles d’Hippone ! Il les met sur le chemin de la vie intérieure avec le Christ, en murmurant dans leur cœur les merveilles que Dieu a faites pour notre salut et qui sont contenues dans notre credo. Le grand désir de notre Pape en cette « Année de la foi » est précisément que nous prenions le temps et les moyens de redécouvrir tous les contenus de notre foi pour en vivre plus intensément et en témoigner auprès de nos contemporains.
Dans ce but, nous avons un outil remarquable avec le Catéchisme de l’Eglise catholique. Ouvrons-le…

A suivre ...

Retour haut de page