Retour Accueil
Retour page précédente

Avez-vous renoncé au bonheur ?

Avez-vous renoncé au bonheur ?Certainement pas. Dans le Prologue de sa Règle, St Benoît évoque le Seigneur cherchant son ouvrier dans la foule et criant : « Qui veut la vie et désire voir des jours heureux ? Si tu réponds : c'est moi, Dieu te réplique : « Si tu veux avoir la vie véritable et éternelle, interdis le mal à ta langue ... détourne toi du mal et fais le bien, cherche la paix et poursuis-la ».(Psaume 33). C'est l'écho de toute la Bible. Déjà dans l'Ancien Testament, Dieu adresse à Israël, par la bouche de Moïse, cet avertissement : « Vois, je mets aujourd'hui devant toi la vie et le bonheur, la mort et le malheur, moi qui te commande aujourd'hui d'aimer le Seigneur ton Dieu, de suivre ses chemins ... Choisis la vie  ! » (Deutéronome 30,15.19). (C'était le thème proposé par Jean-Paul II pour les JMJ de Denver). Et St Benoît s'exclame : « Quoi de plus doux que cette voix du Seigneur qui nous invite ? Voyez comme le Seigneur lui-même, dans sa bonté, nous montre le chemin de la vie ».( v.19-20) Mais St Benoît est réaliste : il sait que la voie du salut connaît des débuts difficiles et qu'on peut être tenté de la quitter sous l'effet d'une crainte subite. « A mesure que l'on progresse dans la foi et la vie monastique, le cœur se dilate et l'on court dans la voie des commandements de Dieu avec la douceur ineffable de l'amour ».(v.49)
Ce n'est pas un bonheur facile, ce n'est pas un bonheur clinquant, « bling-bling », mais c'est un bonheur durable et profond, un chemin pascal de bonheur à la suite du Christ.