Retour Accueil
Retour page précédente

Proposition de lecture

Bible liturgique en ligne

Présentation de la démarche

Retour au dimanche en cours

Qu'est-ce qu'un mot crochet ?

Avent-Noël Année B

1er dimanche
2ème dimanche
3ème dimanche
4ème dimanche
Noël
1er janvier
Epiphanie

Temps-Ordinaire Année B

5ème dimanche
6ème dimanche
7ème dimanche
11ème dimanche
12ème dimanche
13ème dimanche
14ème dimanche
15ème dimanche
16ème dimanche
17ème dimanche
18ème dimanche
19ème dimanche
20ème dimanche
21ème dimanche
22ème dimanche
23ème dimanche
24ème dimanche
25ème dimanche
26ème dimanche
27ème dimanche
28ème dimanche
29ème dimanche
30ème dimanche
31ème dimanche
32ème dimanche
33ème dimanche

Carême Année B

1er dimanche
2ème dimanche
3ème dimanche
4ème dimanche
5ème dimanche
Rameaux

Temps-Pascal Année B

Pâques
2ème dimanche
3ème dimanche
4ème dimanche
5ème dimanche
6ème dimanche
7ème dimanche
Pentecôte

Fêtes Année B

Trinité
Saint Sacrement
Assomption
Christ-Roi

5°DIMANCHE DE PAQUES B

1ere lecture : Actes 9,26-31
2eme lecture :1° Lettre de Jean 3,18-24
Évangile selon saint Jean 15,1-8

Voici notre proposition de réponse, mais attention ! Il ne s'agit pas de « bonnes réponses », comme dans un jeu télévisé ou les pages jeux des journaux, il s'agit seulement d'une proposition de lecture, en sachant que l'Ecriture est toujours assez riche pour en avoir plusieurs.

vendangeLe thème de "la vigne" est fréquent, aussi bien dans l'Ancien Testament que dans les paraboles du Nouveau. Mais ici l'image est renouvelée : ce n'est pas le peuple d'Israël qui est représenté par "la vigne" , c'est Jésus lui-même qui s'identifie à cette vigne. Sans doute à cause de l'idée fondamentale qu'il veut mettre en valeur : "Tout sarment qui est en moi...De même que le sarment ne peut pas porter du fruit par lui-même s'il ne demeure pas sur la vigne...Celui qui demeure en moi et en qui je demeure..." On pourrait en fait recopier quasiment tout le passage. Il tourne autour de l'idée que Jésus est le plant de vigne unique (Jean emploie un mot grec qui désigne le "cep de vigne", et non celui qui signifie "vigne" comme "vignoble") et qu'il s'agit de "demeurer" en lui (le verbe est répété 7 fois). "Demeurer", ce n'estcep pas seulement être greffé sur la vigne, mais le rester : cela suppose la durée, la fidélité. Celles-ci se fondent d'abord sur la présence du Christ en nous : "Demeurez en moi, comme moi en vous..." Un "comme" qui est plus qu'une simple imitation, qui est une sorte de "génération", le résultat de cette "demeure" de Jésus en nous.
La 2ème lecture ouvre une perspective pour préciser comment "demeurer" : "...celui qui est fidèle à ses commandements demeure en Dieu et Dieu en lui..." Quel commandement ? "...avoir la foi en son Fils Jésus-Christ et nous aimer les uns les autres comme il nous l'a commandé..." Cette "inhabitation réciproque", comme on dit en théologie ("habiter dans"), a pour racine la foi au Christ, et surtout le commandement de l'amour fraternel, non comme une condition, mais comme une "production", celle de l'Esprit Saint dans nos coeurs : "et nous reconnaissons qu'il demeure en nous, puisqu'il nous a donné son Esprit."

prièreDans la 2ème lecture, on trouve le thème de la prière : "tout ce que nous demandons, il nous l'accorde, parce que nous sommes fidèles à ses commandements..." Et de manière très proche dans l'Evangile : "Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez et vous l'obtiendrez." De manière très proche parce que "les paroles qui demeurent" sont un équivalent de la "fidélité à ses commandements". Prière confiante au Père, certitude d'être exaucé, non comme une récompense parce que nous "faisons ce qui lui plaît", mais par "l'assurance" de la foi. Non de l'extérieur, mais de l'intérieur, par cette union profonde, cette sève qui circule du cep aux sarments. Et cet exaucement semble avoir comme but essentiel de nous faire "porter du fruit", de recevoir la Vie de Dieu et de la faire rayonner autour de nous, en devenant de vrais "disciples" de Jésus.

Avec l'aide du Saint-Esprit, se poser des questions sur soi en face de ces textes

Est-ce que nous aimons vraiment, "non pas avec des paroles et des discours, mais en actes et en vérité" ? C'est une question à toujours nous poser. Si c'est difficile, laissons en nous couler la sève d'amour de la vigne, l'Esprit Saint toujours prêt à nous aider.

A bientôt.