Retour Accueil
Retour page précédente

Deuxieme Dimanche du temps ordinaire

Présentation de la démarche

Retour au dimanche en cours

Qu'est-ce qu'un mot crochet ?


Avent Année C

1er dimanche avent
2eme dimanche avent
3eme dimanche avent
4eme dimanche avent
Noël
Epiphanie

Temps ordinaire Année C

2 eme dimanche
3eme dimanche
4eme dimanche
5eme dimanche
11ème dimanche
12ème dimanche
13ème dimanche
14ème dimanche
15ème dimanche
16ème dimanche
17ème dimanche
18ème dimanche
19éme dimanche
21ème dimanche
22ème dimanche
23ème dimanche
24ème dimanche
25ème dimanche
26ème dimanche
27ème dimanche
28ème dimanche
29ème dimanche
30ème dimanche
31ème dimanche
32ème dimanche
33ème dimanche

Carême Année C

1er dimanche
2eme dimanche
3eme dimanche
4eme dimanche
5eme dimanche
6eme dimanche

Temps Pascal Année C

Dimanche de P‚ques
2eme dimanche de P‚ques
3eme dimanche de Paques
4eme dimanche de Pâques
5eme dimanche de P‚ques
6eme dimanche de P‚ques
Ascension
Pentecôte

Fêtes Année C

Trinité
Saint Sacrement
Assomption
Christ-roi

1ere lecture : Isaïe 62,1-5

2eme lecture : 1 Co 12,4-11

Evangile selon saint Jean 2,1-11

Télécharger au format pdf.

Tout d'abord lire

Lire plusieurs fois paisiblement. L'idéal serait, comme les moines depuis des siècles, de recopier les textes, à la main bien sûr, pour les faire entrer jusque dans notre corps. Mais bon!...nous n'avons pas toujours le temps.

Puis se poser quelques questions, à propos des textes d'abord

 

Entre la 1ère lecture et l'Évangile, y a-t-il un « mot crochet » ? Presque : ce sont des synonymes et c'est facile.
En lisant ou en écoutant les « Noces de Cana », on se fixe habituellement sur le miracle de l'eau changée en vin, mais on se pose rarement la question : qui sont les mariés. Avez-vous déjà entendu parler d'un mariage où on ne vous dit pas le nom des mariés ? Bizarre ! Demandons-nous d'abord : qui épouse qui dans le texte d'Isaïe ? En n'oubliant pas que Jérusalem représente toujours beaucoup plus qu'elle. Puis revenons aux Noces de Cana : à la lumière du texte d'Isaïe, à qui pouvons-nous identifier le marié et la mariée ?

Dans la prophétie d'Isaïe, il est question de « voir ta gloire », celle de Jérusalem. Qu'est-ce qui fait la gloire de Jérusalem ?
Dans le passage d'Évangile, à la fin, il est question de « manifester sa gloire », celle de Jésus. En quoi, comment a-t-il manifesté sa gloire ? Y a-t-il un rapprochement possible entre ces deux « gloires » ?

Dans ce passage d'Évangile, le dialogue entre Jésus et sa mère est étrange, il a fait couler beaucoup d'encre. Contentons-nous de quelques questions :
Marie ne demande certainement pas consciemment un miracle. Comment comprendre sa remarque : « Ils n'ont plus de vin. » ? Jésus refuse-t-il, est-il grossier envers sa Mère ? Sûrement pas ! Pour tenter de comprendre un peu (mais c'est un passage très difficile), changeons de traduction : « Quoi entre moi et toi ? Femme, mon heure n'est-elle pas venue ? » Ce n'est pas un refus, puisqu'il va faire quelque chose. C'est plus probablement une question. Mais qu'est-ce qu'elle veut nous faire comprendre, à Marie et à nous ?

« Faites tout ce qu'il vous dira ». Là encore, pour mieux voir, prenons une autre traduction, plus porche de l'original grec : « Quoi qu'il vous dise, faites-le ». Qu'est-ce que ça change, d'abord par rapport à Jésus, puis par rapport aux serviteurs et à nous ?

Le narrateur ne nous dit pas qui sont les mariés, il nous laisse deviner avec l'aide de l'Ancien Testament, mais voilà qu'il donne plein de détails sur les « six cuves de pierre, pour les ablutions rituelles des Juifs ». Quelle signification symbolique ces détails peuvent-ils avoir ? Les serviteurs, au lieu de refuser, de se défiler ou de râler (qu'est-ce que nous l'aurions fait à leur place !), obéissent – et pas qu'un peu: ils vont puiser l'eau et remplissent les cuves « jusqu'au bord ». Là aussi, quelle signification symbolique ? Pourquoi Jésus semble-t-il avoir besoin de cette eau, au lieu de faire du vin à partir de rien ? Qu'est-ce que ça peut vouloir dire ? 600 litres, même pour une noce orientale, c'est beaucoup – et c'est du bon ! Qu'est-ce que cela nous révèle de Jésus, et donc du Père ?

Enfin, s'interroger soi-même, avec l'Esprit Saint.

Pour lire les propositions de lecture : Cliquez ici.