Retour Accueil
Retour page précédente

1er poème du Cantique des cantiques

Le Cantique des cantiques

Introduction
Prologue
Suite du Prologue
1e poème

 

Texte du Cantique des cantiques

1er poème 1, 5 - 2, 7

1/5 Noire, moi, et belle,
filles de Jérusalem,
comme les tentes de Qédar,
comme les tentures de Salomon.
6 Ne voyez pas si je suis noire,
si m'a brunie le soleil,
les fils de ma mère se sont emportés contre moi,
ils m'ont mise à garder les vignes,
ma vigne à moi, je ne l'ai pas gardée.
7 Annonce-moi,
toi qu'aime ma vie,
où tu conduiras le troupeau,
où tu le feras reposer à midi,
que je ne sois plus égarée
près des troupeaux de tes compagnons.
8 Si tu ne le sais pas pour toi,
la belle parmi les femmes,
sors pour toi sur les traces du troupeau
et fais paître tes chevreaux
près des demeures des bergers.
9 A ma jument attelée aux chars de Pharaon,
je te compare, mon amie.
10 Elles sont belles, tes joues
entre les pendentifs,
beau ton cou dans les colliers.
11 Des pendentifs d'or, nous ferons
pour toi, avec des gouttes d'argent;
12 Pendant que le roi est dans son enclos,
mon nard donne son parfum.
13 Un sachet de myrrhe,
mon Bien-Aimé, pour moi,
entre mes seins il passe la nuit.
14 Une grappe de henné,
mon Bien-Aimé, pour moi,
dans les vignes d'En-Gaddi.
15 Te voici belle, mon amie,
te voici belle,
Tes yeux, des colombes.
16 Te voici beau, mon Bien-Aimé,
charmant aussi.
Notre couche aussi verdoie.
17 Les poutres de notre maison, des cèdres,
nos lambris, des cyprès.

2/1 Moi, le narcisse de Saron,
le lis des vallées.
2 Comme le lis entre les épines,
ainsi mon amie entre les jeunes filles.
3 Comme le pommier entre les arbres des forêts,
ainsi mon Bien-Aimé entre les fils.
A son ombre désirée je me suis assise
et son fruit est doux à mon palais.
4 Il m'a menée dans la maison du vin,
et son étendard qu'il dresse au dessus de moi,
c'est l'amour.
5 Soutenez-moi avec des gâteaux de raisins,
fortifiez-moi avec des pommes,
car je suis malade d'amour.
6 Sa main gauche est sous ma tête,
et sa droite me m'étreint.
7 Je vous en conjure, filles de Jérusalem,
par les gazelles ou par les biches des champs,
ne réveillez pas,
n'éveillez pas l'amour
avant qu'elle le veuille.

Pour étudier les différents poèmes, nous le ferons comme une balade : Nous regarderons de loin, y découvrant l'horizon (structure du poème, ou les thèmes importants....)

En ce mois de décembre, parcourons le premier poème. Ce poème est centré sur deux axes :

Présentation des personnes en présence : le prologue ne s'était attardé à aucune présentation, l'abrupte demande de l'amie avait empêché d'identifier les personnes. Tout juste a t-on appris qu'il s’agit d'une histoire d'amour dont le Bien-Aimé est roi. Mais le style du récit n'est absolument pas celui d'un conte entre roi et princesse !

En ce poème, l'amie présente dès l'abord ses qualités et défauts mais sans se nommer.

Présentation du désir de ces deux personnes :

Désir de l'amie : le repos, ne plus errer ailleurs qu'en lui, se reposer avec lui. Les mentions de ce thème sont nombreux en ce poème : "où le (le troupeau) mettras tu au repos à l'heure de midi pour que je n'erre plus en vagabonde ?", "notre lit n'est que verdure", "à son ombre désirée, je me suis assise", "n'éveillez pas, ne réveillez pas l'amour avant l'heure de son bon plaisir".

Le repos est un thème biblique récurent : aboutissement de la création, DIEU se repose au 7ème jour (Gn1), c'est aussi une Promesse de DIEU faite à Moïse : "J'irai moi-même et je te donnerai le repos" (Ex33/14), et relayé par les Prophètes : "Suivez la route du bien et vous trouverez le repos" (Jr 6/16), Le repos a été déjà donné à nos Pères par pure miséricorde : "L'Esprit du Seigneur les menait au repos" (Is 63/14) et cependant reste un avenir : "Israël marche vers son repos" (Jr 31/2).

L'amie s'inscrit donc dans cette histoire sainte, elle est de ce peuple que DIEU mène au repos au delà du désert, au delà des combats, en Terre Promise. A la suite des psalmistes, elle aspire au repos : "Vers les eaux du repos, il me mène" (Ps 22/2) ou "En DIEU seul, le repos de mon âme" (Ps 62/2). DIEU la mène à l'ombre du pommier, c'est à dire de lui-même, au bonheur eschatologique d'Osée 14 où "Ils reviendront s'asseoir à mon ombre". Cette ombre de DIEU désirée par Israël, et par l'amie en Israël, on la retrouve dans le Nouveau Testament lors de l'incarnation du Verbe où Marie est prise "à l'ombre du Très-Haut", ainsi qu'à la transfiguration où ce sont les trois apôtres qui sont "sous l'ombre d'une nuée lumineuse". Si les temps sont accomplis dans le Nouveau Testament, le Cantique des cantiques est déjà l'expression de cet accomplissement où l'amie connaît l'ombre du DIEU d'Amour. Mais n'est-ce pas l'expérience de tout priant ? "A l'ombre de tes ailes, cache moi" (Ps 17/8), "A l'ombre de tes ailes, je m'abrite" (Ps 57/2), "A l'ombre de tes ailes, je jubile" (Ps 63/8).

N'est il pas touchant de lire que ce n'est pas seulement l'amie qui cherche le repos en lui, mais lui qui se repose au plus intime d'elle : il est comme sachet de myrrhe passant la nuit entre ses seins. DIEU se repose au creux de nous...

 

Désir du Bien-Aimé : il souhaite mener paître le troupeau (1/7), le mettre au repos à l'heure la plus chaude (1/7), donc la plus éprouvante du jour. Il veut mener son amie à la maison du vin ; donc, de la fête (2/4), il veut l'aimer, la soutenir, l'étreindre (2/6)... mais surtout, dans un immense respect du temps choisi par l'amie, de la volonté de celle-ci (2/7).

Il n'y a donc aucune trace d'égocentrisme en lui, son désir est tout centré sur autrui (le troupeau, l'amie). Tel est DIEU révélé dans la Bible : le DIEU de l'Alliance. On reconnaît dans le Cantique des thèmes chers aux écrits bibliques :

C'est bien parce que DIEU est amour qu'il est amoureux et qu'il nomme, en ce Cantique, son amie : "l'amour" (2/7), désirant infiniment le bonheur de celle-ci.

Noël, c'est l'Amour divin qui s'incarne en JESUS. Je vous souhaite un très heureux Noël, imbibé de louange, d'action de grâce.

A suivre ...

Ne réveillez pas l'amour avant qu'il le désire