Retour Accueil
Retour page précédente

Saint Paul mystique

Les Épîtres de saint Paul aux Corinthiens

Des raisons de s'intéresser à ces Épîtres
Les Épîtres aux Corinthiens situées dans leur contexte
Les divisions dans l’Église de Corinthe
Première approche de la deuxième aux Corinthiens
Saint Paul mystique
Saint Paul pratique et réaliste
Prescriptions concernant la célébration de l’Eucharistie
La chair dans les lettres de Paul
L’hymne à la charité 1Co 13,1-13
La collecte
La résurrection des morts

Saint Paul

I. Retour sur la séquence précédente

Avant d'aborder ce sujet, ouvrons une parenthèse : nous nous rappelons que nous avions terminé la séquence précédente en posant la question des passages de l’Écriture qui illustrent le thème des renversements. Voici une liste d'exemples non exhaustive.

Ancien Testament : dans les livres historiques Jg 7 ; 1S 2,4-10 ; 1S 17,4-54 ; dans les Psaumes Ps 112,7 (113,7) ; 146,6 (147,6) ; 117,22-23 (118,22-23) chez les prophètes Is 52,13-14 ; 53,2-3 ; 53,11-12...

Nouveau Testament : Mt 5,1-11 ; 11,25 ; 13,31-32 ; 16,25 ; 18,1-4 ; 19,27-30 ; 20,16 ; 20,26-27 ; 23,11-12 ; Lc 1,52-53 ; 18,9-14 ; 24,25-27 ; Jn 9,39 ; 12,24-25 ; 16,20-22 ; 19,19...

II. Saint Paul mystique

La fougue, l'autorité, les conseils pragmatiques, les raisonnements théologiques : voilà quelques traits qui semblent caractériser Paul et qui ne nous invitent guère à le classer parmi les mystiques. Et pourtant...

Les deux Épîtres aux Corinthiens nous apportent de nombreux éléments autobiographiques qui relèvent véritablement de l'expérience mystique.

Efforçons-nous d'en faire l'inventaire.

1) Paul parle en langues

On peut relever les versets où il est question de parler en langues : 1Co 12,10 et 12,30
1Co 13,1 et 13,8, et encore 1Co 14,2-18. On remarque que ce don jouit d'une grande considération dans l’Église de Corinthe au point que certains en sont imbus. En quoi consiste-t-il ? Il semble qu'il puisse revêtir au moins deux formes.

La première est celle de la Pentecôte (cf. Actes 2,3-4). C'est la capacité de parler et de comprendre une langue étrangère qu'on n'a jamais apprise.

La seconde est un don de louange spontanée qui s'exprime en des syllabes et des sons généralement harmonieux mais qui n'appartiennent pas à un idiome connu, elle est une louange au-delà des mots. Ce type de parler en langue semble se pratiquer chez les Corinthiens si l'on se réfère à 1Co 14,2 (c'est aussi cette forme qui a été remise à l'honneur dans le Renouveau Charismatique). C'est un signe de la présence de l'Esprit.

Paul possède ce charisme plus que tous les Corinthiens (1Co 14,18). Mais il n'y est pas attaché. Tous les charismes, tous les dons ne sont rien en regard de ce don qui les dépasse tous : la charité (1Co 13,1-13).

2) Paul est aussi guérisseur charismatique

Il n'y fait qu'une brève allusion dans la deuxième Épître aux Corinthiens (2Co 12,12) mais les Actes des Apôtres en témoignent abondamment (Ac 13,9-11 . 14,3 . 28,3-9 . 19,11-13). Il a même ranimé un mort (Ac 20,7-12).

3) Paul a fait des expériences extatiques

Il en témoigne en 2Co 12,1-6 (le troisième Ciel est le lieu traditionnel du Paradis dans la mystique juive), il en parle dans un langage imagé car c'est une expérience indicible. C'est en quelque sorte l'expérience de la vie en Dieu, celle que connaissent les élus au-delà de la mort corporelle.

Mais lisons la suite : 2Co 12,7-9 Paul a une « écharde dans la chair », image qui désigne quelque chose qui le fait souffrir et peut-être l'humilie (la nature précise de cette « écharde » a donné lieu à beaucoup d'hypothèses mais n'a pas pu être identifiée). L'extase est passagère, mais jour après jour, Paul doit supporter l'écharde dans la chair. Après l'évocation de l'extase, nous sommes ramenés au plus grand réalisme qui soit : la lourdeur du quotidien que nous avons tous à porter, avec nos misères, nos fragilités, nos handicaps, nos maladies, nos douleurs... Paul a volontairement mis en lien les deux aspects : l'extase et l'écharde dans la chair. La recherche des phénomènes extraordinaires –qui semble être la tendance des Corinthiens– pourrait être une forme d'évasion. L'écharde dans la chair nous ramène au réel, elle évite la tentation de l'évasion, d'une mystique désincarnée.

4) Paul a eu des visions

Remarquons qu'en 2Co 12,1 « révélations et visions » est au pluriel. Mais on pense d'abord à sa rencontre avec le Ressuscité sur le chemin de Damas qui est racontée trois fois dans les Actes des Apôtres (Ac 9,1-19 . 22,3-14 . 26,9-18). Paul y fait allusion aussi dans la première aux Corinthiens (1Co 9,1 . 15,7-10 ). La vision est mise en lien avec la mission. Paul ne reçoit pas des grâces pour son propre plaisir. Ces grâces lui confèrent une responsabilité. Il y prend conscience de sa mission et en reçoit des forces pour l'accomplir.

Toutes ces expériences spirituelles qui relèvent de la vie mystique ne conduisent pas saint Paul à s'évader de la réalité, bien au contraire. Nous verrons, dans la séquence suivante, combien il a le sens du concret, de l'organisation. Il affronte les difficultés, les questions du quotidien et les résout avec beaucoup de bon sens, comme le feront d'autres mystiques après lui (Thérèse d'Avila, Yvonne-Aimée de Malestroit...)

NB : cette séquence se réfère à un article de Daniel Marguerat « Paul le mystique » paru dans revue théologique de Louvain 43, 2012 pp. 473-49

 

NB : L'internaute qui ne dispose pas d'une Bible peut avoir accès à la traduction liturgique de la Bible à cette adresse : http://aelf.org/bible-liturgie