Retour Accueil
Retour page précédente

La fraternité dans l'Ancien-Testament

La fraternité dans la Bible

Caïn et Abel
Jacob et Esaü
Léa et Rachel
Joseph et ses frères
Fraternité dans l'Ancien-Testament
Marthe et Marie
Le fils prodigue
Frères en Christ
Frères dans l'Eglise

A suivre...

fraternité dans l'Ancien-TestamentAvant d'aborder le Nouveau Testament, nous allons tenter un rapide survol de la fraternité, ou plutôt des mots "frères" et "sœurs" dans l'Ancien. En partant d'un étonnement. On ne peut pas dire que la "fraternité", telle que nous l'avons vu jusqu'à présent, soit sans difficulté, même s'il y a eu des "rattrapages" ! Et si nous continuons dans le récit biblique, en abordant les Livres historiques, cela ne s'arrange pas. Nous passerons rapidement ici sur l'histoire des enfants de David (2 Samuel13,1-37) : viol incestueux par Amnon de sa demi-sœur Tamar, vengeance du frère de Tamar, Absalom, qui tue son demi-frère Amnon. Le tableau est noir. Et pourtant... la relation fraternelle reste le modèle des relations humaines.

Une communauté de frères
L'histoire des 12 fils de Jacob est sans nul doute une construction a posteriori pour lier les tribus à un ancêtre commun, et donc les installer dans une relation fraternelle. Quoiqu'il en soit, les "fils d'Israël" se sentent frères, y compris quand, comme Moïse, ils ont été élevés hors de la communauté : "Moïse, qui avait grandi, alla voir ses frères...Il vit un Egyptien qui frappait un Hébreu, l'un de ses frères."A la base, il y a bien une fraternité "de sang", mais elle est élargie. Et elle prend un sens d'alliance, de fraternité morale, à l'intérieur du peuple de Dieu. Ainsi, en Gn 13,8, Abraham dit à Lot : "Qu'il n'y ait pas de discorde entre moi et toi...car nous sommes frères". Ils sont bien parents, mais oncle et neveu. De même, Laban à son neveu Jacob, en Gn 29,15 : "Parce que tu es mon frère, vas-tu me servir pour rien..." Les textes législatifs vont entériner cette fraternité, en fixant un certain nombre d'obligations. Par exemple, Lévitique 25,46 précise, à propos des étrangers : "Vous les aurez pour esclaves, mais sur vos frères, les fils d'Israël, nul n'exercera un pouvoir de contrainte." D'où une véritable solidarité, et des devoirs de charité fraternelle, prévus par la Loi ("Tu n'auras pas dans ton coeur de haine contre ton frère", Lv 19,17), et illustrés particulièrement dans ce roman tardif qu'est le Livre de Tobie. Le vieux Tobit demande à son fils, alors qu'il va commencer un repas de fête : "Va chercher, mon enfant, parmi nos frères déportés à Ninive, un pauvre qui soit de coeur fidèle..." Et dans tout le reste du récit, les Israélites s'interpellent entre eux sous le nom de "frère". Le danger serait ici une fermeture communautariste, comme on dit aujourd'hui. mais d'autres textes ouvrent la fraternité.

Frères d'alliance
Ces textes ne sont pas nombreux, mais avec d'autres passages, tirés des Prophètes, ils empêchent que le peuple élu se referme sur lui-même. Nous prendrons deux exemples :

Frère et sœur, l'amitié et l'amour
Enfin, la relation fraternelle sert à exprimer les relations affectives.

C'est peut-être aussi cette relation d'"égalité" qui transparaît dans le Cantique des Cantiques, au cœur même de l'interprétation mystique de la relation entre le Dieu-Epoux et sa bien-aimée - Israël, l'Eglise ou chacun de nous (quoi qu'il en soit de l'origine profane, voire égyptienne, de cette appellation) : "Tu me fais perdre le sens, ma sœur, ma fiancée...Elle est un jardin bien clos, ma sœur, ô fiancée..." Expression de l'amour tendre et respectueux du Seigneur envers l'humanité, d'une proximité avec nous dont nous n'aurons jamais fini d'explorer la profondeur.

Conclusion
Ce n'est pas sur ces hauteurs mystiques que nous voulons conclure ce 5ème épisode, mais avec le Psaume 133 : "Voyez ! Qu'il est bon, qu'il est doux, d'habiter en frères tous ensemble" Et non : "...qu'il est doux pour des frères d'habiter ensemble..." L'accent porte non sur "l'habiter ensemble", mais sur "l'habiter en frères". La fraternité, quelques soient ses aléas dans le réel, reste cet idéal de paix et de concorde que nous devons atteindre - et que nous allons retrouver dans le Nouveau Testament.