Retour Accueil
Retour page précédente

La question du mal, du malheur

Une lecture du livre d'Osée

Introduction
Osée en son temps
Osée en sa vie privée
La question du mal, du malheur
Face au mal, quelle réaction divine ?
Face au mal, quel désir divin ?
Les trois facettes de l'amour divin
Révélation du Cœur de DIEU
Osée dans l'Ancien testament
Osée et Jésus
JESUS au delà d'Osée
Et nous dans tout cela ?

Le prophète Osée

En ce mois de décembre, nous retrouvons le prophète Osée. Après l'avoir connu en son temps (de tensions et de violence) et en sa vie privée (toute aussi souffrante), nous allons le rejoindre au plus intime de lui : en son questionnement intérieur d'homme blessé par tout ce vécu, de croyant tourmenté.

Car Osée, en ce vécu, se trouve de plein fouet devant le mystère du mal. Une grande partie du livre d'Osée est très sombre ; y sont listés tous les actes de violence politique ou non, tous les actes de débauches, toutes les lâchetés, toutes les fautes... dont DIEU et son prophète sont témoins.
Le livre d'Osée allie sans cesse mal et malheur, le premier menant au second : 'Ils sèment le vent, ils récolteront la tempête' (Os 8/7) ; 'Pourquoi avez-vous labouré le mal, moissonné l’iniquité, mangé le fruit du mensonge ? Parce que tu t’es confié dans tes chars, dans la multitude de tes guerriers, le tumulte s’élèvera dans tes villes, et toutes tes forteresses seront dévastées' (Os10/13,14). C'est parce que le péché mène à la ruine du peuple, à la destruction de l'homme que DIEU combat contre le mal.
Celui-ci est immense : 'Ephraïm m'entoure de mensonge, la maison d'Israël, de fausseté' (Os12/1). Quand on sait combien DIEU est grand pour Israël, l'image de ce péché -qui entoure DIEU comme une ceinture- est forte !

DIEU dénonce la cause de ce péché : la non connaissance de DIEU. En méconnaissant DIEU, l'homme se coupe de la source de tout don, de tout bien. A ce propos, il est remarquable de noter que, s’il est évident que, dans le monde entier, la violence sévit, DIEU n’est pas en procès avec toutes les nations dans le livre d’Osée ; Il n’est en procès qu’avec le peuple aimé, qu’avec ce peuple lié à Lui par alliance, racheté par Lui, ce peuple qui est sien. Quand DIEU accuse l’homme d’avoir remplacé la connaissance de DIEU par le crime, il n’accuse pas un étranger païen, mais bien celui qui lit ce texte, celui qui, comme moi, lui appartient par la grâce de l’élection divine, de l’alliance. Toute faute de cet homme aimé, guidé par DIEU, découle d'un oubli de son DIEU et de la loi de son DIEU, d'un rejet ou trahison de DIEU ; c'est donc un acte d’idolâtrie. 'Ah ! votre amour est comme la nuée du matin, comme la rosée qui tôt se dissipe' (Os 6/4).

Devant cette mise en lumière du péché d'Israël, Osée cherche et recherche : Il relit toute l'histoire de son peuple et ne s'illusionne pas en se disant que c'était mieux avant. Non, durant toute l'histoire d'Israël, le péché est présent, il touche même les figures les plus emblématiques de cette histoire tel Jacob : 'YAHVE est en procès avec Israël, il va traiter Jacob suivant sa conduite, lui rendre selon ses œuvres. Dès le sein maternel il supplanta son frère, dans sa vigueur il lutta avec DIEU. Il lutta avec l’Ange et eut le dessus' (Os12/3-5), il touche dès l'origine le peuple... et DIEU est ainsi le Saint confronté à cette ruse immense et à cette violence humaine qui sévissent de tout temps et qui sont destructrices, mortifères pour l'homme, pour ce peuple aimé de DIEU.

DIEU souffre devant cette abyssale douleur humaine, il souffre parce qu'il aime Israël d'un amour passionné. Aussi, que fait DIEU devant ce mal, que fera t-il ? Aimera t-il encore ce peuple violent ? Laissera t-il le mal avoir le dernier mot ?


'Car, pendant de longs jours, les enfants d’Israël resteront sans roi et chefs, sans sacrifice ni stèle, sans éphod ni théraphim. Après cela, les enfants d’Israël se convertiront ; ils chercheront YAHVE leur DIEU et David leur roi ; ils accourront vers YAHVE et vers ses biens, dans la suite des temps.' (Osée 3 /4-5).

 

Nous sommes en décembre, il fait froid et ce texte s'y prête mais j'espère un début de luminosité en janvier et le printemps pointera en février. Ne perdez pas courage ! 

 

'C’est pourquoi je vais la séduire, la conduire au désert, et parler à son cœur...'