Retour Accueil
Retour page précédente

Le marcionisme

 

La TorahOrigine et symptômes :

La foi de l'Eglise face aux hérésies.

Le modalisme
L'arianisme
Le docétisme
Le marcionisme
Les pneumatomaques
Le nestorianisme
Le monophysisme
Le pélagianisme
L'encratisme


Apparu au début du II ème siècle, le marcionisme, qui tire son nom de son initiateur Marcion se manifeste par le rejet de tous les Écrits de l'Ancien Testament et, dans le Nouveau Testament, de tout ce qui se réfère à l'Ancien. Derrière ce rejet se cache une doctrine théologique duale qui suppose l'existence de « deux Dieux ». L'un serait un Dieu mauvais, créateur de la matière, sanguinaire et guerrier, celui qui est à l'œuvre dans l'Ancien Testament. L'autre serait un Dieu bon, distinct du créateur et Dieu de Jésus-Christ.


Le logo de l'année de la foi

Logo de la foi
Bordure

L'icône de l'année de la foi

Christ Pantocrator | Année de la foi
Bordure

Chaque mois franchir la porte de la foi avec

La Parole de Dieu
Credo
Porta Fidei
La foi de l'Eglise face aux hérésies

Pour creuser ...

Le Credo
Quizz.: Testez vos connaissance sur la foi.

Causes :

La cause de beaucoup d'erreurs en théologie provient du penchant qu'a l'homme à rechercher des solutions simplistes à des problèmes difficiles. Pourquoi le mal et la souffrance ? Ici, supposer l'existence d'un Dieu mauvais, créateur de notre monde, semble résoudre les questions cruciales que tout homme porte en lui.
Il évite aussi tout le travail d'exégèse soulevés par les textes de l'Ancien Testament où Dieu semble éprouver des sentiments tels que la colère ou la jalousie. Il suffirait d'éliminer ces textes...


Thérapeutique :

Il y aurait bien des remèdes tirés des Écritures à opposer au marcionisme. Elles nous disent que la Création est bonne et que Dieu est plein d'amour pour ce qu'il a créé. Elles ne cessent de nous montrer la responsabilité de la créature, mésusant de sa liberté, dans la question du mal.
Dans les Évangiles, Jésus ne distingue jamais son Père du Dieu Créateur à l'œuvre dans la Genèse (voir par exemple Mc 10, 6) et, en mainte occasion, se réfère l'Ancien Testament.
Malheureusement, ce sont précisément ces remèdes que le marcionite rejette puisqu'il ne conserve comme inspirés que les écrits qui appuient sa doctrine.
Mais un autre remède existe, il nous vient de saint Irénée : il s'agit de l'argument de la Tradition. Dès les origines de l'Église, les Apôtres, qui avaient reçu de leur familiarité avec Jésus le dépôt de la foi, l'ont transmis à des disciples avec l'autorité pour l'enseigner. Ceux-ci ont transmis ces biens à leurs successeurs formant ainsi une chaîne ininterrompue qui relie à toute époque les pasteurs de l'Église à Jésus. De cette Tradition nous recevons la doctrine assurée, le discernement des Écrits authentiquement inspirés et les repères pour les interpréter.
A l'inverse, Marcion au II ème siècle, d'où lui vient sa doctrine ? Quels sont ses maîtres ? De quelle succession ininterrompue qui le relie à Jésus peut-il se réclamer ?