Retour Accueil
Retour page précédente

Le monophysisme

ChristOrigine et symptômes :

La foi de l'Eglise face aux hérésies.

Le modalisme
L'arianisme
Le docétisme
Le marcionisme
Les pneumatomaques
Le nestorianisme
Le monophysisme
Le pélagianisme
L'encratisme

Le monophysisme remonte au commencement du christianisme et a surgi ici ou là sous diverses formes. « Monophysisme » vient du grec « mono - physis » : « unique nature ». En sont atteints dans leur foi chrétienne ceux qui ne reconnaissent pas la réalité des deux natures en Jésus-Christ : la nature divine et la nature humaine. Vers le milieu du V ème siècle, le monophysisme a connu une certaine extension avec Eutychès qui écrivait au sujet de Jésus-Christ : « la divinité a absorbé l'humanité, à peu près comme l'eau de la mer dissout et absorbe une goutte de miel qui y serait tombée ». Pour Eutychès et ses partisans, l'humanité de Jésus, a été absorbée dans la divinité lors de son union avec elle. Il n'y aurait donc plus qu'une nature en Jésus, la nature divine.

Le logo de l'année de la foi

Logo de la foi
Bordure

L'icône de l'année de la foi

Christ Pantocrator | Année de la foi
Bordure

Chaque mois franchir la porte de la foi avec

La Parole de Dieu
Credo
Porta Fidei
La foi de l'Eglise face aux hérésies

Pour creuser ...

Le Credo
Quizz.: Testez vos connaissance sur la foi.

Causes :

Cette erreur est le contre-pied de l'erreur des nestoriens qui affirmaient que Jésus-Christ est constitué de deux personnes liées entre elles. Or Jésus est bien une unique personne. Mais à force d'insister sur son unicité, le monophysite en est arrivé effacer toute dualité alors que Jésus est à la fois Dieu et homme. Là encore, il se peut qu'il y ait une confusion entre les concepts de « nature » et de « personne ».


Thérapeutique :

Suite à l'erreur d'Eutychès, le Pape saint Léon le Grand interviendra pour porter remède au monophysisme et à son contraire, le nestorianisme. Ce remède consiste à affirmer qu'il y a bien deux natures en Jésus-Christ, la nature divine et la nature humaine, mais que ces deux natures sont intimement unies en une seule personne. En 451, à Chalcédoine, se tiendra un concile œcuménique où les Pères conciliaires confirmeront la doctrine de saint Léon :

nous confessons
un seul et même Jésus-Christ
le même parfait en divinité, le même parfait en humanité,
le même vraiment Dieu et vraiment homme...
un seul et même Christ,
Fils, Seigneur, unique engendré,
reconnu en deux natures,
sans confusion ni changement, sans division ni séparation,
la différence des natures n'étant nullement supprimée à cause de l'union,
la propriété de l'une et l'autre nature étant bien plutôt sauvegardée
et concourant à une seule personne.