Retour Accueil
Retour page précédente

L'encratisme

l'encratisme condamne le mariageOrigine et symptômes :

La foi de l'Eglise face aux hérésies.

Le modalisme
L'arianisme
Le docétisme
Le marcionisme
Les pneumatomaques
Le nestorianisme
Le monophysisme
Le pélagianisme
L'encratisme

L'encratisme consiste à vouloir imposer à tout chrétien la virginité et l'abstinence de viande et de vin. Apparue dès les commencements du christianisme, l'encratisme tend à resurgir à diverses époques : l'hérésie cathare aux XII ème, XIII ème siècles en est une forme.

Causes :

La cause essentielle est que les encratites tiennent pour mauvaise l’œuvre de la création.


Le logo de l'année de la foi

Logo de la foi
Bordure

L'icône de l'année de la foi

Christ Pantocrator | Année de la foi
Bordure

Chaque mois franchir la porte de la foi avec

La Parole de Dieu
Credo
Porta Fidei
La foi de l'Eglise face aux hérésies

Pour creuser ...

Le Credo
Quizz.: Testez vos connaissance sur la foi.

Thérapeutique :

Le remède à l'encratisme demande de ne pas confondre ce qui, dans l’Évangile, est un conseil (par exemple l'appel à la continence pour le Royaume) et ce qui est un précepte absolu (par exemple ne pas commettre d'adultère).
L'Écriture est un précieux secours. Déjà au Ier siècle, saint Paul met en garde contre ceux qui « interdisent le mariage et l'usage d'aliments que Dieu a créés pour être pris avec action de grâce » (1Tim 4,3). Et ailleurs, s'adressant aux chrétiens mariés, il leur dit : « Ne vous refusez pas l'un à l'autre ; si ce n'est d'un commun accord, pour un temps, afin de vaquer à la prière » (1Co 7,5)
Oui, la création, œuvre du Dieu de Jésus-Christ est bonne, et l'union de l'homme et de la femme fait partie du projet de Dieu (voir le livre de la Genèse au chapitre 1). Mais l'homme pécheur, enclin à la faiblesse, tend à mal user ou à abuser des bonnes choses que Dieu a voulues pour lui. De ce fait, une certaine ascèse lui est utile. C'est pourquoi telle ou telle abstinence, pratiquée avec humilité est très louable. Mais l'imposer à tous et toujours comme une règle absolue contredit les enseignements de l’Église.