Retour Accueil
Retour page précédente

Introduction à Porta Fidei

Paul

Télécharger au format pdf.

Franchir la porte de la foi avec Porta Fidei

Introduction
Esquisse d’un plan de « Porta fidei »
Théologie de l'Introduction
Le Renouveau de l'Eglise
Confesser la foi : le Credo
Esquisse d’un parcours ...
Le catéchisme de l’Eglise catholique
Parcourir l'histoire de notre foi
Intensifier le témoignage de la charité
Rechercher la foi qui est une compagne de vie

Bordure

Texte de Porta Fidei

Dans le Livre des Actes des Apôtres, Paul et Barnabé, sur l’injonction de l’Esprit Saint, sont envoyés en mission. Ils « annoncent la parole » et évangélisent bien des villes… puis reviennent à Antioche d’où ils étaient partis et Luc écrit en Ac 14,26-27 :
« A leur arrivée, ils réunirent l’Eglise et se mirent à rapporter tout ce que Dieu avait fait avec eux, et comment Il avait ouvert aux païens la porte de la foi ».

Voilà la grande nouvelle : Dieu a ouvert aux païens et non plus seulement aux juifs, la porte de la foi !
Dans tout le Nouveau Testament, c’est le seul emploi de cette expression « porte de la foi » et c’est elle que Benoït XVI a choisie pour mettre en titre de sa lettre promulguant cette année de la foi.

Le thème de la porte est abondamment présent dans l’Ecriture.
Dans l’AT, après le péché d’Adam et Eve, la porte du paradis a été fermée et l’homme ne communique plus familièrement avec Dieu. C’est le culte qui va rétablir une relation entre le monde de Dieu et la terre des hommes.

Le logo de l'année de la foi

Logo de la foi
Bordure

L'icône de l'année de la foi

Christ Pantocrator | Année de la foi
Bordure

Chaque mois franchir la porte de la foi avec

La Parole de Dieu
Credo
Porta Fidei
La foi de l'Eglise face aux hérésies

Pour creuser ...

Le Credo
Quizz.: Testez vos connaissance sur la foi.

Ainsi l’Israélite vient en pèlerinage à Jérusalem et se présente aux portes du temple parce qu’il désire s’approcher du Seigneur :

Quelle joie quand on m’a dit :Ps 121 :

« Quelle joie quand on m’a dit :
Nous irons à la maison du Seigneur !
Maintenant notre marche prend fin
Devant tes portes, Jérusalem ! »

Ps 117 :

« Ouvrez-moi les portes de justice :
J’entrerai, je rendrai grâce au Seigneur.
C’est ici la porte du Seigneur,
Qu’ils entrent les justes ! »

A l’entrée du temple, les prêtres lui rappellent les conditions pour entrer dans la maison du Seigneur : la fidélité à l’Alliance.
Plus tard, lorsque le temple est détruit, Israël comprend que l’homme ne peut monter au ciel, qu’il est fondamentalement pécheur et que la rencontre avec Dieu ne peut venir que de LUI.
Aussi, dans sa prière, Israël demande à Dieu de « déchirer les cieux » et de descendre lui-même : Is 63,19.

NativitéC’est ce qui s’accomplit dans le Mystère de l’Incarnation du Verbe de Dieu : Jn1,14

« Et le Verbe s’est fait chair,
Et Il a planté sa tente parmi nous,
Et nous avons contemplé sa gloire… »

A son baptême, le ciel s’ouvre et Jésus devient la vraie porte du ciel.
Il dit en Jn10,9 : « Je suis la porte ; si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé ».

Jésus est l’unique médiateur entre Dieu et les hommes :
Par LUI, Dieu se communique aux hommes
Par LUI, les hommes ont accès au Père.

En même temps Jésus pose des exigences : l’entrée dans le Royaume, l’entrée dans la Vie, dans le Salut, présentés comme une ville ou une salle de festin, cette entrée est une porte étroite, la conversion :
Mt 7,13-14 : « Entrez par la porte étroite. Large, en effet, et spacieux le chemin qui mène à la perdition…mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent. »

Christ victorieuxMais Jésus, qui s’est emparé de la Clé de la Mort et de l’Enfer dans le Mystère de sa mort et de sa résurrection, est vainqueur du Mal et a donné à son Eglise d’être plus forte que les puissances mauvaises :
Ap 1,17-18 « Ne crains pas, Je suis le Premier et le Dernier, le Vivant ; je fus mort, et me voici vivant pour les siècles des siècles, détenant la clé de la Mort et de l’Enfer. »

Or le Concile Vatican II, dès le début de la Constitution dogmatique sur l’Eglise, nous dit : LG§1
« L’Eglise est, dans le Christ, en quelque sorte le sacrement, c’est-à-dire à la fois le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité du genre humain… »

La première phrase de « Porta fidei » ouvre cette porte à tous :
« La porte de la foi qui introduit à la vie de communion avec Dieu et permet l’entrée dans son Eglise est toujours ouverte pour nous. »

Cette vie de communion avec Dieu est en effet le projet du Père pour tous les hommes, dans sa mystérieuse sagesse et sa grande bonté. C’est dans ce but que le Père a envoyé son Fils, Jésus le Christ, qui a inauguré le Royaume des cieux sur la terre et, par son obéissance, nous a rachetés du péché et de la mort.
L’Eglise, qui est le Royaume de Dieu déjà mystérieusement présent, continue dans le monde la mission du Christ, avec l’aide de l’Esprit Saint, envoyé pour la sanctifier.

BaptistèreOr Jésus lui-même nous enseigne la nécessité de la foi et du baptême pour entrer dans l’Eglise. Jésus ressuscité dit aux apôtres en Mc 16,16 :
« Allez dans le monde entier, proclamez l’Evangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé. »
« Les hommes entrent dans l’Eglise par la porte du baptême » lisons-nous dans le Concile Vatican II. Le baptême est par excellence la porte d’entrée dans l’Eglise et la porte qui ouvre l’accès aux autres sacrements. Il est le sacrement de la foi, la seule condition pour le recevoir étant de croire que seul Jésus peut nous sauver.

A suivre ...

Retour haut de page