« Qu’il est bon, qu’il est doux de vivre ensemble en frères. »
Psaume 133,1

23-moinette-dessinatrice

Les oblates bénédictines

l’Oblature bénédictine, une chance, une grâce pour l’Eglise, pour le monastère! C’est une vocation, au coeur de la vie laïque, à vivre à la lumière de l’Evangile et de la Règle de saint Benoît; un appel à s’offrir à Dieu. Oblation vient de oblatus/offert. La fidélité de l’Oblat découle de la fidélité à l’élan baptismal, précisé et approfondi par l’acte d’oblation. Cela se vit par l’appartenance à une Communauté, à un monastère précis reconnu comme lieu /source. Les oblat(e)s sont le prolongement du témoignage de la Communauté monastique. Accueil, paix, prière, … Les oblat(e)s répandent le charisme bénédictin au coeur de leur engagement familial, professionnel, paroissial, social…

Plusieurs week-ends par an permettent de fructueux échanges, de fraternelles rencontres, une formation spirituelle avec des partages  en profondeur. Notre Oblature compte 23 Oblates et plusieurs personnes en recherche.

Évènement: Le dimanche 11 juillet, en la solennité de notre Père Saint Benoît, Mme Anne-Marie Lefebvre-Albaret s’est engagée comme oblate séculière de notre monastère au cours de l’office de vêpres.

Les oblates témoignent:

Jour de joie !  Le 11 juillet 2021, lors de l’Office de Vêpres, la Communauté de Venière m’a accueillie « Oblate séculière » de son monastère. En réponse à un appel très profond, j’ai prononcé mon acte d’Oblation, j’ai promis en suivant les pas de Saint Benoît « de ne rien préférer à l’Amour du Christ », et j’ai chanté ce verset du psaume 118 : « Accueille-moi Seigneur selon ta Parole et je vivrai, ne déçois pas mon attente ! »

Voilà bien longtemps que j’ai senti le Seigneur frapper à la porte de mon cœur. Je me souviens, encore étudiante, pendant une session en montagne, avoir cherché un guide. J’ai alors acheté… un psautier ! J’aimais feuilleter ce recueil à la couverture soleil jaune-orangé, je savais que j’y trouvais des paroles de vie : des cris de détresse et d’angoisse, des cris d’espérance, des cris de joie, ceux-là mêmes que Jésus avait priés ! J’ai toujours gardé ce livre sur ma table de chevet.  Quelques années plus tard, j’ai cherché un accompagnateur spirituel pour avancer dans ma vie chrétienne ; je désirais développer la grâce de mon baptême au sein de l’Eglise. J’habitais Tournus ; en 1991, une amie m’a présenté le monastère de Venière.  Il m’a été offert de cheminer successivement avec plusieurs Sœurs Bénédictines. Quel bonheur de partager avec ces femmes passionnées … et passionnantes ! Chacune avec son charisme propre m’a fait découvrir ce qui donnait sens à sa vie : cette recherche incessante du Christ.  Je venais à l’Abbaye, j’avais un « parloir », et je terminais en m’unissant à leur liturgie à la Chapelle. Ces religieuses chantaient si bien les psaumes ! Le Monastère de Venière est devenu mon port d’attache. Je venais y prendre des forces, approfondir ma Foi, relire mon cap …

En parallèle, j’étais, et je reste, une « Madame tout le monde », avec ma vie familiale, professionnelle, paroissiale, associative etc . J’ai plaisir à m’impliquer auprès des miens, de mon clocher, du bureau de mon club de sport … J’aime rencontrer ceux que le Seigneur place sur ma route, je tente de « Fleurir là où Dieu m’a plantée » comme l’écrit Saint François de Sales. Au fil des années, cette invitation du Seigneur à le suivre de plus près s’est imposée à moi. J’avais envie d’avancer plus loin dans ma vie de croyante. J’ai côtoyé plusieurs familles spirituelles chrétiennes, expériences très riches aux belles rencontres … qui m’ont fait cependant comprendre que je préférais l’Ecole de Saint Benoît et cette Communauté de Moniales auprès desquelles je me sentais presqu’adoptée. J’ai alors demandé à me joindre aux Oblates de l’Abbaye de Venière.

            En la solennité de Saint Benoît, devant ma famille, mes amis, les Moniales et les Oblates, je me suis engagée à vivre plus intensément ma vocation de baptisée dans un esprit bénédictin, en privilégiant la prière au cœur de mes journées avec la liturgie des heures, l’oraison, en aimant le Seigneur dans un effort persévérant de conversion, en participant aux rencontres de formation des Oblates, en partageant les joies et les peines de la Communauté, en essayant de lui rendre service …

Loué soit Dieu pour ce chemin d’Alliance qu’Il ouvre devant moi !