« Soyez toujours joyeux. Priez sans cesse. »
1Thessaloniciens 5,16.17

moinette-rb14-dessinatrice

Prière et liturgie

La Prière. « Apprends-nous à prier » (Lc 11,1).

L’écoute de Dieu se fait tout particulièrement dans la prière où l’on se rend présent à la Présence. Dieu est en effet toujours présent à nous, mais nous avons à nous rendre attentifs à sa Voix, à sa Parole vivante qui nous interpelle, à l’image de Jésus qui était toute disponibilité au Père.

 

 

La prière liturgique

« Récitez entre vous des psaumes, des hymnes et des cantiques inspirés; chantez et célébrez le Seigneur de tout votre cœur. En tout temps et à tout propos, rendez grâces à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus Christ ». Eph 5,19

La prière liturgique nous rassemble 7 fois par jour, de l’Office des vigiles avant l’aurore à l’office de Complies, à  la tombée de la nuit, pour entendre la Parole que Dieu nous adresse à travers l’Ecriture à laquelle nous répondons avec les mots mêmes de cette Ecriture. Cette prière, soutenue par la Prière des Psaumes, trésor que nous partageons avec nos frères et sœurs de la première Alliance, nous ouvre à la prière de Jésus qui les a chantés et vécus durant toute sa vie  et surtout durant sa Passion qui le mena jusqu’à la Résurrection. La liturgie se nourrit du Nouveau Testament qui donne une plénitude à l’Ancien Testament. En Jésus s’accomplissent toutes les Promesses de l’Ancienne Alliance.

La prière liturgique nous fait ainsi revivre le Mystère de l’Incarnation-Passion-Résurrection  du Christ qui nous sauve. Prière de l’Eglise, elle nous unit au Christ ressuscité, le VIVANT, qui s’adresse aujourd’hui au Père dans l’Esprit.

Dans cet acte de foi en la victoire du Christ, la prière liturgique est participation à la louange de toute la création envers le Créateur. Elle est action de grâce pour tous les cadeaux reçus de Dieu dans l’intimité du cœur de chacun tout comme dans des réalités tangibles. Elle est  intercession avec et pour tous nos frères et sœurs en souffrance, confiant au Père plein de bonté toute la famille humaine en marche vers la vie en plénitude.

« Vous êtes la voix de l’Eglise qui, sans trêve, loue, remercie, gémit et supplie pour toute l’humanité » (Pape François Vultum Dei Quaerere n° 9)

L’Eucharistie

« Faites cela en mémoire de moi. » (Lc 22,20)

Le concile Vatican II nous rappelle que l’Eucharistie « contient l’ensemble des biens spirituels de l’Eglise, à savoir le Christ lui-même… qui procure la vie aux hommes » Décret Presbyterorum Ordinis 5 ; CIC can 899.

La Communauté se réunit pour participer au Mystère de la mort et de la résurrection de Jésus qui s’y actualise et auquel nous nous laissons configurer. En étant nourries de sa Parole et de son Corps et Sang, nous recevons sa Vie divine et participons à son action de grâce au Père et à son intercession pour  notre monde.

La Lectio divina – Méditation de la Parole

« Demandez et l’on vous donnera; cherchez et vous trouverez; frappez et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit; qui cherche trouve; et à qui frappe on ouvrira ». (Mt 7,7-8)

La lectio divina ou lecture priante de la Parole de Dieu nous fait entrer dans un dialogue intime et une rencontre toujours renouvelée avec Dieu, à travers le texte inspiré de la Bible. Cette lecture méditative nous conduit à nous interroger sur nous-mêmes et sur nos actes. Ainsi elle nous permet d’entrer dans une dynamique de conversion de vie permanente qui est l’un des trois vœux que font les moines et moniales Bénédictins. Savourer, intérioriser la Parole, lui faire confiance au fil des jours et des années au point de croire qu’elle porte en nous du fruit et façonne notre terre, tout cela nous est une joie profonde.

« La Parole de Dieu est à la base de toute spiritualité chrétienne authentique » Pape François

L’Oraison

« Quant à Marie, elle conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur.»  Lc 2,19

L’oraison  ou prière silencieuse est temps d’intimité profonde avec Dieu qui jaillit de l’écoute de la Parole méditée. Dans une attitude de disponibilité amoureuse, le priant écoute Dieu présent au fond du cœur, pour lui répondre dans un élan d’amour et de générosité, pour se laisser modeler à l’image et ressemblance du Christ et entrer dans sa prière au Père, dans l’Esprit.

« Contempler c’est avoir, dans le Christ, dont le visage est constamment tourné vers le Père (Jn 1,18), un regard transfiguré par l’action de l’Esprit, c’est un regard limpide, dans lequel résonnent les vibrations du Verbe et la voix de l’Esprit, qui souffle d’une brise légère » (Pape François, Vultum Dei Quaerere n° 11)

Solitude et silence

« Jésus se  retira en barque dans un lieu désert … » Mt. 14,13

En suivant le Christ au désert, le moine accomplit un véritable Exode spirituel où de la mort jaillit la vie.

A l’exemple des grands priants de la Première Alliance,  qui ont vécu le mystère de la rencontre avec Dieu, comme Jacob qui lutta seul avec l’Ange pour recevoir un nom nouveau, et Elie qui marcha quarante jours et quarante nuits jusqu’à l’Horeb où Dieu se manifesta  à lui dans une brise légère, le moine s’enfonce dans le silence intérieur pour grandir dans la pureté du cœur qui ouvre à la charité divine reçue dans l’effusion de l’Esprit.

Ma pensée se tourne en particulier vers les moines et les moniales cloîtrés qui, par leur séparation du monde, se trouvent plus intimement unis au Christ, cœur du monde. Plus que jamais, l’Eglise a besoin du témoignage de ceux qui s’engagent à « ne rien préférer à l’amour du Christ » (Benoît XVI, Verbum Domuni, n° 83)